3 décembre 2015
Le CLD ferme les livres
Par: Jean-Luc Lorry

Charles Fillion, directeur associé de Développement économique de la MRC.

Charles Fillion, directeur associé de Développement économique de la MRC.

Le 9 novembre, les administrateurs du CLD Les Maskoutains se sont réunis pour une dernière fois afin de procéder à la dissolution de l'organisme.
Publicité
Activer le son

La dernière assemblée générale, à ­laquelle LE COURRIER a assisté, s’est ­tenue dans les ex-locaux du CLD ­aujourd’hui occupé par Saint-Hyacinthe Technopole.

En vertu du projet de loi 28, la MRC des Maskoutains a mis fin le 31 juillet à ­l’entente de délégation avec le CLD local.

Depuis l’ensemble des activités de ­l’organisme et une partie du personnel ont été transférés dans un nouveau ­département appelé service de ­Développement économique de la MRC (DEM). L’autre partie des employés a ­rejoint les rangs de Saint-Hyacinthe ­Technopole, un organisme privé dédié au développement économique de la Ville.

Les centres locaux de développement ont été créés en 1998 par le gouvernement du Québec pour encourager le ­développement économique local et ­encourager l’entrepreneuriat.

Le CLD des Maskoutains a connu deux directeurs généraux, Mario De Tilly qui a occupé cette fonction pendant 16 ans et Charles Fillion durant la dernière année. Ce dernier est aujourd’hui directeur ­associé de DEM.

« Aujourd’hui se tient l’assemblée ­générale spéciale du CLD portant sur sa dissolution. Jamais, je n’aurais cru cela possible, jamais je n’aurais pu imaginer cela à pareille date l’an dernier », a déclaré Charles Fillion aux administrateurs.

États financiers

Lors de cette assemblée générale, les états financiers de l’organisme couvrant la période du 1er janvier au 31 juillet 2015 ont été déposés.

L’organisme termine son exercice avec un déficit de 37 617 $ au Fonds d’administration. « Nous avions débuté l’année 2015 en prévoyant un budget déficitaire de 30 000 $ en raison des coupes ­annoncées par le gouvernement. Ce ­montant nous a permis de poursuivre nos mandats et d’assurer une continuité de nos services tout en maintenant notre équipe en place », explique Charles Fillion en entrevue au COURRIER.

Les difficultés financières de ­l’entreprise Stratech de Saint-Dominique spécialisée dans la fabrication de ­comptoirs de cuisine en quartz et en ­granit, ont eu un impact sur les charges du CLD.

Dans les états financiers, on peut lire que cette entreprise avait une dette de 86 250 $ envers l’organisme. Des ­honoraires professionnels totalisant 9 286 $ furent dépensés dans ce dossier. « Nous avons reçu un remboursement à la suite de la vente des biens de cette entreprise. Je peux vous assurer que le CLD n’a pas perdu d’argent dans cette affaire », précise Charles Fillion.

image