11 mars 2021
Procès d’Éric Tremblay au palais de justice de Sorel-Tracy
Le consentement au cœur du procès d’un ex-chauffeur d’autobus
Par: Jean-Philippe Morin

Éric Tremblay, depuis peu résident de Rigaud, a subi son procès pour possession de pornographie juvénile et leurre informatique les 4 et 5 février, au palais de justice de Sorel-Tracy.Photothèque | Le Courrier ©

La notion de consentement était au cœur du procès d’Éric Tremblay, qui s’est déroulé les 4 et 5 février, au palais de justice de Sorel-Tracy. Cet ex-chauffeur d’autobus jusqu’à récemment résident de Saint-Pie était accusé de production et possession de pornographie juvénile ainsi que de leurre informatique sur une personne de moins de 18 ans.

Publicité
Activer le son

Avant même que le premier témoin prenne la barre, la procureure de la Couronne, Me Geneviève Beaudin, a fait savoir au juge Marc-Nicolas Foucault qu’elle ne présenterait pas de preuve concernant la distribution de pornographie juvénile, si bien que l’accusé a été acquitté sur ce chef d’accusation.

Quatre témoins ont été appelés à la barre par la Couronne, soit trois policiers et la victime alléguée, un adolescent qui avait 16 ans au moment des faits reprochés à Éric Tremblay entre le 19 mars et le 29 mai 2019. De son côté, la défense a fait témoigner l’accusé. Le juge Foucault a pris la décision en délibéré et rendra son verdict le 16 avril.

Rappelons qu’Éric Tremblay fait aussi face à des accusations d’agression sexuelle, de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels sur deux adolescents, au palais de justice de Saint-Hyacinthe, dans le cadre de deux procès séparés qui se tiendront du 4 au 6 octobre et du 15 au 17 novembre 2021. Il a été arrêté en février 2020 pour ces événements qui remonteraient à 2008 et 2001, alors que les victimes alléguées avaient respectivement 15 et 13 ans.

image