26 mai 2016
Hockey
Le deuxième souffle de David Laliberté
Par: Maxime Prévost Durand

Le deuxième souffle de David Laliberté

Le deuxième souffle de David Laliberté

David Laliberté a aidé le HK Nitra à remporter le premier championnat de son histoire, après plus de 90 ans d’existence. On le voit ici en compagnie de sa femme Marie-Hélène Labonté et son fils, Édouard, lors du rassemblement organisé à Nitra devant les fans pour célébrer la conquête de l’équipe. Photo Courtoisie

L’attaquant de 30 ans a été sacré joueur par excellence des séries au sein de l’Extraliga, la plus haute ligue slovaque. Photo Courtoisie

Incommodé par plusieurs blessures ces dernières années, David Laliberté a eu du mal à faire sa place au sein d’une équipe de hockey. Malgré son talent indéniable, sa situation l’a empêché plus d’une fois de prolonger ses contrats. Au cours de la dernière saison, l’attaquant a toutefois réussi à donner un deuxième souffle à sa carrière en saisissant l’opportunité qu’on lui a offerte au sein du HK Nitra.

Publicité
Activer le son

L’athlète natif de Saint-Liboire a présenté des statistiques épatantes : en 37 matchs de saison régulière, il a inscrit 19 buts et récolté 23 passes. Même s’il a raté plus d’une quinzaine de parties en raison de son arrivée tardive au sein de l’équipe, Laliberté a été le meilleur marqueur/pointeur du HK Nitra, où il retrouvait notamment un ancien des Bruins de Boston, le vétéran Jozef Stumpel.

En séries, il a aidé l’équipe à mettre la main sur sa première coupe du championnat de l’Extraliga, la plus hauteligue slovaque de hockey. Sur le plan personnel, l’attaquant a été nommé joueur par excellence des séries par la ligue, récoltant 7 buts et 14 passes en 17 rencontres.

« Je suis arrivé là-bas dans la meilleure forme de ma vie, raconte le Liboirois, de retour dans la région maskoutaine pour la saison estivale. L’été dernier, je me suis entraîné avec Scott Livingston (ancien entraîneur de conditionnement physique et thérapeute du Canadien de Montréal) et ça m’a beaucoup aidé. Je me sentais bien. »

Le simple fait de se sentir bien était une victoire en soi pour David Laliberté, qui a dû composer avec une déchirure du ligament croisé antérieur au genou et une hernie sportive au cours des dernières années. Bien que ces blessures aient été traitées, il en ressentait encore des effets jusqu’à tout récemment, en plus de problèmes au dos qu’il traîne depuis son stage junior avec le Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard.

« En travaillant avec Scott, j’ai changé ma préparation et mes entraînements et les douleurs se sont dissipées. Je me sens comme un jeune joueur de 20 ans, image-t-il en riant. C’est un deuxième souffle pour moi. »

Un rôle de premier plan

Lorsqu’il s’est joint au HK Nitra cette saison, David Laliberté a obtenu un rôle de premier plan dès son arrivée. « Ils m’ont fait jouer sur le premier trio, sur le premier avantage numérique et aussi sur la première unité de désavantage numérique », énumère le joueur de 30 ans.

Et les attentes à son égard, à titre de joueur « importé », ont été comblées, voire surpassées, si bien qu’il sera de retour avec le HK Nitra la saison prochaine. C’est donc dire que pour la première fois en près de six ans, il s’alignera avec la même équipe pour plus d’une campagne.

« Au début, je n’étais pas vraiment intéressé à aller jouer en Slovaquie », avoue le principal intéressé, qui a aussi joué en Norvège, en Italie et en Allemagne ces dernières années. Mais il s’est laissé convaincre et il n’en regrette rien. « Ça a été une super belle expérience. Les fans là-bas sont les plus impliqués que j’ai vus. Ils chantent durant tout le match. Quand je marquais un but, ils chantaient mon nom. J’avais ma propre chanson! C’était spécial. Les fans à Nitra sont vraiment reconnus, c’est une ville de hockey. »

Même s’il existe depuis 1926, le HK Nitra n’avait jamais remporté de championnat avant cette saison. Le triomphe de l’équipe en séries de l’Extraliga lui permettra de se joindre au tournoi de la Ligue des champions, où les meilleures équipes des différentes ligues européennes se donnent rendez-vous.

image