13 janvier 2022
Le parti Saint-Hyacinthe unie demeure actif
Par: Sarah-Eve Charland
Le parti politique Saint-Hyacinthe unie compte revenir sur la scène politique au cours des prochains mois. Photo gracieuseté

Le parti politique Saint-Hyacinthe unie compte revenir sur la scène politique au cours des prochains mois. Photo gracieuseté

Même s’ils se sont faits discrets depuis l’élection municipale, les membres du parti Saint-Hyacinthe unie sont toujours autant mobilisés, assure la cheffe Marijo Demers. Le parti demeure en vie et compte bien revenir en force dans l’actualité politique.

Avec près de la moitié des votes au poste de maire et sept candidats au poste de conseiller ayant remporté plus de 40 % des suffrages, les résultats sont loin d’être un désaveu, estime Mme Demers.

« Le parti est là pour rester. […] Depuis les élections, les autres candidats et moi, on reçoit des tapes dans le dos. Je me fais aborder de façon spontanée en ville. Je ne m’attendais pas à ça. C’est un bon message citoyen. On ressent un réel souhait que Saint-Hyacinthe unie continue », affirme Marijo Demers.

Cette dernière demeure la cheffe du parti. « Je suis une politologue. Je reste humble dans mon rôle. Si les membres du parti me disaient que je n’étais plus la femme de la situation… Mais ce n’est pas le message que je reçois. »

Le candidat qui avait sollicité un mandat dans le district Saint-Joseph, Carl Vaillancourt, a quitté son poste de coprésident. Son poste demeurera vacant jusqu’à la prochaine assemblée générale du parti. De son côté, Anne-Marie St- Germain, qui était candidate dans Bois-Joli, garde son poste de coprésidente.

Selon la cheffe, le parti est en excellente santé financière et possède de nombreux membres actifs. « On ne se contentera pas de ça », poursuit-elle. Afin de garder Saint-Hyacinthe unie actif jusqu’à la prochaine période électorale, le parti participera à différents événements dès que les consignes sanitaires le permettront, se présentera en conseil municipal ou commentera l’actualité politique si nécessaire.

« L’actualité politique ne prend pas de vacances. J’étais moins présente au cours des derniers mois afin d’être bonne joueuse. Pour qui que ce soit porté au pouvoir, je pense qu’il y a une période d’adaptation. Moi, je ne disparais pas. Les gens de Saint-Hyacinthe unie ne disparaissent pas. On est là pour les thèmes qui sont porteurs pour Saint-Hyacinthe unie comme l’environnement, l’équité, la justice sociale, la place des femmes. […] On va veiller au grain, mais ce ne sera pas dans une attitude revancharde », assure-t-elle.

Bilan des résultats

Les derniers mois ont été occupés à compléter le rapport des dépenses électorales. Les candidats ont jusqu’au 5 février pour le remettre. Entre-temps, les membres du parti se sont aussi réunis pour dresser un bilan de la campagne électorale. Plusieurs facteurs qui ont aussi touché l’ensemble du Québec ont influencé les résultats, ajoute Mme Demers, dont la campagne électorale fédérale et les faibles taux de participation.

« On a tout fait [pour faire sortir le vote]. Somme toute, d’un côté ou d’un autre, très peu sont sortis. Peut-être que les dés jetés auraient été différents avec une participation accrue. […] Je mets autant mon chapeau de cheffe que de politologue. Un parti autant de niveau fédéral que provincial ou municipal, à l’an un, qui est allé chercher 40 % et plus des suffrages, j’appelle ça être très compétitif. Ça ne se traduit pas en siège, mais j’appelle ça être dans la course. »

image