16 Décembre 2021
Le Programme triennal d’immobilisations sous la loupe
Par: Sarah-Eve Charland

La Ville de Saint-Hyacinthe a adopté un Programme triennal d’immobilisations (PTI) qui englobe 158,2 M$ en investissements sur trois ans. Plusieurs éléments ont attiré l’attention du COURRIER. Les voici.

Baseball et loisirs

Après avoir décrié la piètre qualité des terrains de baseball en juin dernier alors qu’il était conseiller, le maire André Beauregard a réservé une somme de 400 000 $ pour mettre à niveau certains de la ville. « Un début », reconnaît-il, puisque la somme sera loin de suffire. « Il y a d’autres argents mis pour d’autres années. On va regarder avec les travaux publics et l’association [Baseball Saint-Hyacinthe] afin de voir ce qui est prioritaire. »

En 2021, près de 100 000 $ ont été injectés dans les terrains de baseball après son intervention, assure-t-il. L’année prochaine, les sommes serviront pour une mise à niveau. En 2023 et en 2024, la Ville prévoit 940 000 $ pour chacune de ces années afin de développer et d’améliorer les terrains existants. Toutefois, la construction d’un nouveau terrain de calibre junior n’est toujours pas dans les cartons.

« Éventuellement, le défi qu’on a, c’est de trouver un endroit pour construire un nouveau terrain de baseball qui va répondre aux normes junior. On va travailler fort pour trouver un emplacement », affirme M. Beauregard.

Afin de répondre aux besoins grandissants, le Centre communautaire Assomption sera agrandi en 2022 pour une somme de 750 000 $. La Ville prévoit de poursuivre les investissements en 2024 en réservant une somme de 1,2 M$.

La Ville injectera 4,5 M$ dans la réfection des pavages, trottoirs et bordures, ainsi que près de 700 000 $ pour l’aménagement de pistes cyclables. Elle fera aussi plusieurs investissements dans les parcs, dont l’aménagement du parc Aurel-Letendre à côté de la nouvelle école (500 000 $), le réaménagement du parc Bernard-Avard (400 000 $), la finalisation des jeux d’eau au parc Les Salines (300 000 $) et le remplacement de modules de jeux au parc Christ-Roi (300 000 $). Des travaux de réfection des surfaces et de la tuyauterie seront aussi effectués aux piscines Laurier et Assomption (500 000 $). La Ville souhaite aussi acquérir un terrain adjacent à l’école Larocque afin d’y aménager un parc pour une somme de 430 000 $ en 2023 et de 370 000 $ en 2024.

La Ville réserve une somme de 110 000 $ en 2022 dédiée au développement d’une œuvre d’art à la nouvelle bibliothèque. Une autre somme de 450 000 $ est prévue en 2023 pour compléter l’œuvre et l’installer. En 2024, Saint-Hyacinthe réserve un montant de 160 000 $ pour l’œuvre qui sera installée sur la promenade Gérard-Côté. Le tout s’inscrit dans la politique adoptée par la Ville visant à investir 1 % des coûts de construction d’un bâtiment public dans les œuvres d’art.

Saint-Hyacinthe attend d’ailleurs la fin du projet de la nouvelle bibliothèque pour lancer les démarches de reconversion de l’église Notre-Dame-du-Rosaire et du monastère du Précieux-Sang. Dans le premier cas, on ne retrouve aucun montant dans le PTI. Dans le deuxième cas, une somme de 100 000 $ a été planifiée en 2023. La Ville espère toujours se voir attribuer par Québec un Espace bleu, ce qui pourrait influencer ces projets.

Bâtiments municipaux

Le réaménagement du 1400, rue Saint-Antoine se réalisera en 2022 afin d’y relocaliser les bureaux de la Société de développement commerciale (SDC) centre-ville Saint-Hyacinthe. Les entrepôts et les sanitaires à l’arrière du Marché public seront démolis pour y aménager une terrasse. La Ville a planifié une somme de 1 M$ pour ce projet.

Au cours des trois prochaines années, une dizaine de projets est prévue pour l’usine de biométhanisation pour un total de 982 790 $, dont 388 790 $ en 2022. Selon la porte-parole de la Ville de Saint-Hyacinthe, ce sont des dépenses normales pour les équipements de l’usine. À savoir à quoi servira le 2 055 000 $ prévu à partir de 2025, la Ville n’a pas répondu à la question.

Bien que la réfection du toit du Stade L.-P.-Gaucher ne se retrouve pas dans le PTI, la Ville assure que le projet fera l’objet d’un nouvel appel d’offres. En juin, les élus avaient rejeté la seule soumission reçue puisqu’elle dépassait largement les projections. Selon la porte-parole de la Ville, Brigitte Massé, le financement de ce projet est déjà assuré. « Le conseil a fait le choix de retourner en appel d’offres lorsque le marché sera plus favorable. Le financement de ce projet est déjà prévu par règlement d’emprunt. Il n’est donc pas nécessaire de remettre ce projet au PTI. »

À long terme

Parmi les projets projetés sur le long terme, la Ville ne planifie pas réaliser la revitalisation du parc Casimir-Dessaulles avant 2024. Les plans et devis ont été réalisés en 2021. « Nous allons cependant attendre que la nouvelle place des spectacles soit fonctionnelle avant d’amorcer les travaux du parc afin de maintenir un lieu accessible pour les grands événements comme les Beaux Mardis. Les travaux de la place des spectacles débuteront dès que le chantier voisin sera assez avancé pour le faire », ajoute Mme Massé.

image