19 janvier 2023
Le projet du Cinéma Maska continue de progresser
Par: Maxime Prévost Durand

Il est encore bien loin le moment où le Cinéma Maska ouvrira ses portes, mais le projet de cinéma de répertoire mené par le cinéaste maskoutain Claude Gagnon et son équipe continue de progresser.

L’organisme à but non lucratif qui souhaite faire renaître le cinéma à l’ancien Théâtre Maska, au centre-ville de Saint-Hyacinthe, devrait faire l’acquisition du bâtiment de l’avenue de l’Hôtel-Dieu très bientôt, a indiqué M. Gagnon en entrevue avec LE COURRIER.

« C’est une question de semaines, a-t-il mentionné. On est en train de finaliser le financement intérimaire [pour officialiser l’achat]. »

Si tout va bien, l’organisme prendra possession de la bâtisse « en mars au plus tard », a-t-il ajouté. Par la suite, Claude Gagnon et son équipe pourront entamer les démarches de demandes de subvention pour rénover les installations et les mettre au goût du jour. Quant à l’ouverture de la salle au public, « on parle de septembre 2024 », a avancé celui qui agit comme président du conseil d’administration du projet.

L’objectif du Cinéma Maska est de « permettre aux cinéphiles de la Montérégie et des environs d’avoir accès à un centre culturel qui offrira des accès privilégiés à du cinéma répertoire d’ici et d’ailleurs, en plus d’en faire son éducation ainsi que sa promotion pour les jeunes et moins jeunes », est-il décrit dans la présentation du projet.

« Ça va être un projet unique au Québec. On s’engage à en faire un modèle pour d’autres municipalités qui voudraient faire la même chose », a affirmé Claude Gagnon.

Les premiers échos du projet du Cinéma Maska avaient résonné en juin dernier. Sans trop en dévoiler, le cinéaste avait tout de même évoqué son désir de faire renaître les salles de cinéma de l’ancien Théâtre Maska, où des films ont été projetés pendant près de cinq décennies, du milieu des années 1930 au milieu des années 1980.

Bien épaulé

Depuis plusieurs mois, Claude Gagnon consacre beaucoup d’énergie à ce projet en compagnie de Christopher Leduc, un jeune homme d’affaires maskoutain qui œuvre dans l’événementiel et la production audiovisuelle et qui agit comme vice-président du conseil d’administration du Cinéma Maska.

« Christopher et moi, on passe deux jours à temps plein sur le projet chaque semaine », a souligné M. Gagnon.

Le duo avait travaillé ensemble pour la première fois il y a quelques années dans le cadre du film Les vieux chums, produit et réalisé par Claude Gagnon. Christopher Leduc avait été le producteur associé du long-métrage.

« Je savais que c’était une personne hyper efficace et, dans un projet comme celui du Cinéma Maska, ça prend des gens comme ça », a soutenu M. Gagnon.

Au sein du conseil d’administration, il compte aussi sur le support de Marijo Demers, cheffe du parti politique municipal Saint-Hyacinthe unie, et d’André A. Bourgeois, ex-président du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, notamment.

L’appui du public demandé

Pour l’aider à franchir un pas de plus dans la réalisation du projet, l’organisme à but non lucratif a soumis sa candidature au programme de Bourses d’initiatives en entrepreneuriat collectif piloté par le Pôle de l’entrepreneuriat collectif de l’Est de la Montérégie. Grâce à ce programme, l’OBNL peut espérer recevoir un montant allant jusqu’à 20 000 $.

« Cet argent nous permettrait d’acheter de l’équipement et d’installer notre bureau dans nos locaux [lorsqu’on en prendra possession] », a indiqué Claude Gagnon.

Pour déterminer les projets lauréats, un vote du public a été mis en place. Pour voter pour le Cinéma Maska, il suffit de se rendre sur le site monteregie.quebec/projets-biec/cinema-maska. La période de votation se poursuit jusqu’au 27 janvier. Les lauréats seront dévoilés au début mars.

image