17 février 2022
Les 50 hivers du club de motoneige ASAN
Par: Sarah Villemaire
Autrefois appelé les As de l’autoneige, le club ASAN a été fondé principalement par des agriculteurs de la région. Voici un groupe de surfaceuses qui entretenaient les chemins en 2001. Photo gracieuseté

Autrefois appelé les As de l’autoneige, le club ASAN a été fondé principalement par des agriculteurs de la région. Voici un groupe de surfaceuses qui entretenaient les chemins en 2001. Photo gracieuseté

Une dizaine de surveillants parcourent les sentiers tout au long de la saison. Photo gracieuseté

Une dizaine de surveillants parcourent les sentiers tout au long de la saison. Photo gracieuseté

Le club de motoneige ASAN a de quoi célébrer cette année alors que l’organisation fête son 50e anniversaire. Plus qu’un sport, cette activité hivernale a su au fil des ans rassembler bon nombre de passionnés de motoneige sillonnant les chemins aménagés de Saint-Hyacinthe et de ses environs.

À ce jour, le club compte près de 1500 membres parcourant les sentiers balisés de la MRC des Maskoutains. Ce chiffre pourrait d’ailleurs être dépassé au cours des prochaines années alors qu’une augmentation constante de 5 % des adhésions aux différents clubs du Québec est constatée par la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

Selon Alain Laprade, président du club ASAN, ce gain de popularité s’explique, entre autres, par la fiabilité de ces véhicules récréatifs. « Oui, la pandémie a redonné le goût aux motoneigistes de renouer avec ce sport, mais cette popularité est survenue bien avant cela. Avec l’arrivée de motoneiges plus fiables et moins polluantes sur le marché, les gens se sont davantage intéressés à ce sport depuis le début des années 2000 », explique-t-il.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer les retombées financières sous fond de crise sanitaire, le secteur attire des adeptes venant des quatre coins de la province, faisant profiter l’industrie touristique de la région.

« En temps normal, avec les relais, les restaurants et les hôtels qui sont ouverts à tous, les séjours de motoneige sont très profitables pour la région. On parle même parfois de millions de dollars par année en retombées pour le territoire », affirme le président du club depuis maintenant 21 ans.

Pour M. Laprade, ce succès s’explique entre autres par le dévouement des bénévoles qui assurent la sécurité de tous. « J’ai une équipe extraordinaire de bénévoles qui contribuent grandement à la réussite du club. C’est grâce à eux si on a des pistes sécuritaires et bien entretenues sur plus de 300 kilomètres », souligne-t-il.

La sécurité avant tout

Comme tout autre club, l’organisme préconise la sécurité des motoneigistes. Tout au long de la saison, une dizaine de patrouilleurs s’affairent aux barrages de contrôle afin de sensibiliser les passants à la bonne conduite sur neige.

« Comme notre terrain de jeu est plat et vaste, les gens ont tendance parfois à dépasser la limite de vitesse permise. Les patrouilleurs sont donc présents pour sensibiliser les gens à réduire leur vitesse. On en profite, du même coup, pour s’assurer de la conformité du droit d’accès des motoneigistes. On ne veut pas agir comme des policiers, mais les encourager à bien se comporter en sentier », conclut Alain Laprade.

image