23 juin 2022
Grands Prix des hebdos 2022
Les artisans du COURRIER font belle figure
Par: Le Courrier
Les journalistes et artisans lauréats des Grands Prix des hebdos 2o22 du Courrier de Saint- Hyacinthe. On reconnaît le rédacteur en chef Martin Bourassa, les journalistes Maxime Prévost-Durand et Eliane Tremblay-Moreau, la conseillère publicitaire Louise Beauregard et l’éditeur Benoit Chartier. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les journalistes et artisans lauréats des Grands Prix des hebdos 2o22 du Courrier de Saint- Hyacinthe. On reconnaît le rédacteur en chef Martin Bourassa, les journalistes Maxime Prévost-Durand et Eliane Tremblay-Moreau, la conseillère publicitaire Louise Beauregard et l’éditeur Benoit Chartier. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Même si un vent de renouveau a soufflé sur la salle de rédaction du<i> Courrier de Saint-Hyacinthe</i> l’an dernier, la qualité est restée au rendez-vous. Il suffit de regarder la liste des lauréats des Grands Prix des hebdos 2022 pour s’en convaincre.

Au cours d’un gala récompensant les meilleurs articles et reportages de l’année 2021 dans le secteur de la presse hebdomadaire au Québec, nos journalistes ont une fois de plus fait honneur à la réputation d’excellence du journal en remportant plusieurs prix.

« C’est toujours avec beaucoup de fierté que j’accueille ces résultats qui confirment encore une fois la grande qualité de nos journalistes. Ils sont professionnels, rigoureux et crédibles, autant de qualité que nous recherchons désespérément aujourd’hui avec toute la désinformation qui nous entoure. Je salue tout particulièrement le travail de notre rédacteur en chef Martin Bourassa pour encadrer tout ce beau monde », a commenté Benoit Chartier, éditeur du COURRIER et propriétaire de DBC Communications.

Créé en 1949, le concours des Grands Prix des hebdos vise à mettre en lumière l’excellence du travail des journalistes et des artisans de la presse locale et régionale. Près de 60 médias membres de l’association des hebdos du Québec, présidée par Benoit Chartier, ont soumis un total de 815 pièces dans les 16 catégories pour un total de 95 finalistes.

Le jury de sélection était présidé par la journaliste Kathleen Lévesque, professeure à l’École des médias de l’UQAM.

Les lauréats

Preuve que la valeur n’attend pas le nombre des années, Eliane Tremblay-Moreau, notre journaliste recrue à l’actualité générale et aux projets spéciaux, dont le Gestion et Technologie agricoles, a récolté à elle seule trois prix, dont deux deuxièmes places.

Dans la catégorie Éducation, son reportage intitulé « Ses troubles neurologiques ne lui mettent aucune barrière » a séduit le jury. Elle y racontait le parcours inspirant, mais parsemé d’embûches, du Maskoutain Hugo Cordeau jusqu’aux portes du doctorat à l’Université de Toronto, lui qui a dû apprendre à composer avec la dyslexie et la dysorthographie.

Fait digne de mention, ce reportage aujourd’hui auréolé était le tout premier texte qu’elle a signé dans LE COURRIER l’été dernier. Ce prix d’excellence sera sans doute son premier d’une longue série puisqu’Eliane a aussi remporté le second prix de la catégorie Environnement et agroalimentaire. Son reportage « La fin des haricots pour la ferme Gaston et Richard Lacombe », dans lequel elle racontait la décision déchirante derrière la fermeture de cette ferme de Sainte-Madeleine, après 31 ans de production maraîchère, a retenu l’attention.

Dans un reportage conjoint réalisé avec l’aide de son rédacteur en chef, Eliane a de plus obtenu le troisième prix de la catégorie Affaires municipales pour le reportage « Deux promenades, l’une de 8 M$, l’autre de 33 M$ ». L’idée de départ de ce texte était d’analyser deux projets d’aménagement de promenades urbaines au budget diamétralement opposé, soit celui de la promenade Gérard-Côté à Saint-Hyacinthe et celui de la promenade Rivia à Drummondville. Une démarche qui a plu au jury de sélection. « Dans ce reportage, la comparaison entre deux projets au sein de deux villes amène le lecteur à analyser lui-même l’écart de prix, lequel nous accroche dès le début du texte. Le tableau maison permet aussi à l’œil de cibler rapidement les distinctions entre les projets, ce qui facilite grandement la compréhension, dans une rédaction facile d’accès malgré les chiffres. Félicitations! »

Pour couronner ses 10 ans de bon travail au COURRIER, le journaliste Maxime Prévost-Durand a pour sa part mérité deux prix d’excellence, soit le deuxième prix de la catégorie Santé et bien-être et un troisième prix en Sports et loisirs. Il s’est démarqué grâce à ses reportages sur les problèmes d’anxiété qui ont miné la carrière du hockeyeur Alexandre Caron et sur les souvenirs olympiques de la judoka Luce Baillargeon.

Du côté de nos journaux affiliés, notons que le journaliste Alexandre Brouillard, du journal Les 2 Rives de Sorel-Tracy, a reçu le troisième prix de la catégorie Environnement et agroalimentaire. Le photographe des 2 Rives, Pascal Cournoyer, a de son côté mérité le premier prix de la catégorie Sport. Enfin, le journaliste Alain Bérubé, du journal La Pensée de Bagot à Acton Vale, a obtenu une troisième place dans la catégorie Éducation.

Louise Beauregard honorée

Dans la catégorie conseiller ou conseillère publicitaire de l’année, un honneur tout particulier a été rendu à Louise Beauregard, une employée de longue date du Courrier de Saint-Hyacinthe et de DBC Communications. Elle a mérité le second prix pour les journaux de 40 pages et plus. Une reconnaissance méritée qui souligne ses 25 ans de carrière.

À l’emploi du Courrier de Saint-Hyacinthe depuis 1997, Louise se démarque depuis tout ce temps par son dynamisme, son sens de l’initiative et son attitude gagnante, en plus de s’impliquer en appuyant les causes qui lui tiennent à cœur. Pensons seulement au Grand Partage maskoutain, au Mardi de filles de la Société canadienne du cancer, à la Guignolée des médias, au concours Passion Détail et à toutes les initiatives du Marché public et de la Société de développement commercial du centre-ville.

« Louise carbure aux défis et ne recule jamais devant une difficulté. Avec doigté, elle n’a pas son pareil pour présenter à ses clients des solutions et des initiatives originales et innovantes qui leur permettront de se démarquer, que ce soit par une campagne publicitaire élaborée et multiplateforme ou un cahier spécial exclusif. Elle est aussi une collègue de travail appréciée et généreuse », a commenté le directeur de la publicité du COURRIER, Guillaume Bédard.

image