9 décembre 2021
Les camions sont de trop sur la rue des Seigneurs Est
Par: Sarah-Eve Charland
Jean-Luc Morin et Andrée Corbeil demandent à ce que les camions soient détournés de la rue des Seigneurs Est à Saint-Hyacinthe. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Jean-Luc Morin et Andrée Corbeil demandent à ce que les camions soient détournés de la rue des Seigneurs Est à Saint-Hyacinthe. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le trafic de camions lourds sur la rue des Seigneurs Est à Saint-Hyacinthe fait à nouveau du bruit. Les résidents Andrée Corbeil et Jean-Luc Morin ont relancé le débat en invitant les élus municipaux à augmenter les pressions afin de détourner les camions lourds vers la route 116.

Avec l’arrivée d’un nouveau conseil, ils veulent créer un momentum d’autant plus que le gouvernement provincial sera en élection d’ici un an, en octobre 2022. Andrée Corbeil avait participé à une pétition en 2012, mais depuis, peu de changements se sont concrétisés, déplore-t-elle. De son côté, Jean-Luc Morin a emménagé sur la rue des Seigneurs il y a deux ans. C’est son amour pour une maison traditionnelle construite en 1840, qui fait partie de l’inventaire des bâtiments à valeur patrimoniale élevée de la Ville de Saint-Hyacinthe, qui l’a poussé à s’installer à cet endroit.

« À quelques reprises, je me suis assis avec mon café le matin. Je pouvais compter entre 150 et 175 camions en une heure. Je me suis rendu compte que ça n’avait pas d’allure que les gens endurent ça depuis des années. Je veux protéger ma maison. […] Ça détruit les maisons. Le sous-sol de la rue n’est pas fait pour autant de trafic lourd », dénonce M. Morin.

Ce dernier assure avoir investi plus de 40 000 $ afin de réparer des dommages causés par les vibrations de la circulation des camions. Ce n’est pas le seul désagrément qu’il soulève. En plus des vibrations, le bruit et les odeurs sont d’importantes nuisances, ajoute-t-il. La sécurité des piétons est aussi déficiente, surtout à proximité de l’école primaire et des parcs municipaux.

La Ville de Saint-Hyacinthe a effectué plusieurs analyses de la circulation par radar au cours des 10 dernières années. La dernière remonte à juillet 2018. En trois jours, 1041 camions entre 12,6 mètres et 25 mètres ont circulé à cet endroit. Les véhicules, de 8,6 à 12,6 mètres, ont été 537 à passer devant le radar durant cette même période.

Détourner les camions

Pour Andrée Corbeil, la solution est simple. Les camions doivent demeurer sur la route 116 pour aller chercher l’autoroute 20. « On ne demande pas une voie de contournement qui va passer à travers les terres agricoles. On demande seulement que le trafic lourd soit interdit sur la rue des Seigneurs Est. On ne comprend pas pourquoi c’est compliqué ici. »

Notons que la rue des Seigneurs Est est sous la juridiction du ministère des Transports du Québec (MTQ). La Ville ne peut donc pas intervenir sur cette route sans l’accord du MTQ. Le conseiller municipal du quartier Sainte-Rosalie, Donald Côté, croit qu’il y a plusieurs solutions à explorer, mais l’idéal serait de construire une voie d’évitement qui traverserait des terres agricoles. Toutefois, cette solution exigerait aussi l’autorisation de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

« Des solutions, il en existe, mais elles ne sont pas faciles à appliquer. C’est une voie sous la juridiction complète du ministère des Transports. C’est eux autres qui décident ultimement. […] Il faut faire passer le dossier à une autre étape. Il y a des élections provinciales qui s’en viennent. Il faut trouver une solution réfléchie. La Ville doit faire l’effort ultime pour régler le problème. Le problème soulevé par M. Morin n’est pas un caprice. Le problème s’est décuplé au cours des dernières années », affirme M. Côté.

Les citoyens ont demandé à former un comité tripartite qui inclurait les résidents du secteur, des représentants de la Ville et des représentants du MTQ. M. Côté s’est montré favorable à la création de ce comité.

Questionné en séance du conseil, le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard, a aussi reconnu que le moment était idéal pour interpeller la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, à s’impliquer dans le dossier. « Ça fait des années qu’on fait des interventions auprès du MTQ. On ne reçoit pas une bonne écoute. Il faudra passer à un autre niveau. Il faut impliquer la députée Chantal Soucy. »

Mme Soucy a préféré aller aux sources en questionnant le ministère des Transports avant de répondre aux questions de notre journaliste. Elle n’a pas été en mesure de faire au moment de mettre sous presse.

image