4 novembre 2021
Élections à Saint-Hyacinthe
Les candidats à la mairie débattent sur les enjeux verts
Par: Sarah-Eve Charland

Les deux candidats à la mairie de Saint-Hyacinthe, Marijo Demers et André Beauregard. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les deux candidats à la mairie de Saint-Hyacinthe reconnaissent l’importance d’agir sur le plan environnemental. Même s’ils partagent des avis semblables sur la plantation d’arbres, l’interdiction de pesticides et la mobilité, les échanges se sont plutôt opposés au moment de discuter des décisions de l’administration précédente.
Publicité
Activer le son

La thématique de l’environnement qui a meublé l’ensemble d’un débat semble avoir inspiré la candidate à la mairie de Saint-Hyacinthe Marijo Demers alors qu’elle a attaqué le bilan du dernier conseil municipal. De son côté, le candidat André Beauregard a dû défendre les décisions de ses derniers mandats tout en se ralliant à plusieurs idées proposées.

L’événement s’est tenu au Collège Saint-Maurice le 20 octobre. Le Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM) a organisé ce débat en collaboration avec les comités La Brise Verte de l’Institut agroalimentaire du Québec (ITAQ) et En vert et pour tous de l’École de médecine vétérinaire. Les deux candidats ont été questionnés sur quatre thèmes, soit la mobilité, la gestion des matières résiduelles, l’aménagement du territoire et l’agriculture.

Agriculture et pesticides

Le CCCPEM a demandé d’emblée la position des deux candidats concernant l’utilisation des pesticides sur le territoire de Saint-Hyacinthe. M. Beauregard a rappelé que le Plan de développement durable 2021-2025 de la Ville de Saint-Hyacinthe restreint l’usage de pesticide sur les terrains municipaux loués à des fins agricoles en plus de proposer une campagne de sensibilisation sur les pesticides et les solutions alternatives. Il a poursuivi en affirmant que la Ville devra interdire éventuellement les pesticides en milieu urbain.

Marijo Demers s’est montrée surprise d’entendre son adversaire s’engager à interdire les pesticides en milieu urbain. Saint-Hyacinthe unie a fait la même promesse à travers sa plateforme électorale.

Matières résiduelles

La thématique sur la gestion des matières résiduelles a été principalement occupée par les débats entourant les programmes de remboursement des produits d’hygiène féminine réutilisables et de couches lavables. Dans le deuxième cas, le programme a pris « tristement » fin en 2019, a critiqué Marijo Demers. Cette dernière s’engage à mettre en place les deux programmes.

« Le remboursement des produits d’hygiène féminine a été demandé, mais a été balayé du revers de la main par le conseil où siège M. Beauregard. Ça n’a jamais été accepté. Saint-Hyacinthe unie l’a inscrit noir sur blanc dans sa plateforme électorale. Ce n’est pas dispendieux. Il y a des dizaines de villes qui le font au Québec », affirme Mme Demers.

André Beauregard mentionne avoir été l’instigateur du programme de subvention pour les couches lavables il y a une dizaine d’années. « En 2019, le conseil municipal avait des choix à faire au niveau des programmes offerts. Il n’y avait plus de fournisseur de couches réutilisables à Saint-Hyacinthe. Il fallait aller encourager des fournisseurs de l’extérieur. On a jugé bon de l’éliminer à ce moment-là, mais ça ne veut pas dire qu’il ne pourra pas être ramené un jour. En tant qu’administrateur de la Ville de Saint-Hyacinthe et gestionnaire des fonds publics, il faut prendre les meilleures décisions possibles », a-t-il justifié.

Aménagement du territoire

Les deux candidats s’entendent sur l’importance de reboiser la Ville afin d’augmenter l’indice de canopée. La tendance dans le milieu municipal est d’atteindre un indice de 30 %, mais celui-ci tourne autour de 8 % à Saint- Hyacinthe. Du côté de Saint-Hyacinthe unie, on propose une refonte de la politique de l’arbre, ainsi que le reboisement du parc des Enfants-de-la-Métairie. De l’autre côté, André Beauregard propose d’exiger la plantation d’arbres en façade pour toutes les nouvelles résidences et l’obtention d’un permis pour toute coupe d’arbres. Il souhaite aussi poursuivre les démarches visant à acquérir les terres de la Métairie pour en faire un parc-nature.

Mobilité

Le candidat indépendant souhaite rendre permanente la gratuité du transport en commun local hors heure de pointe sur le territoire de Saint-Hyacinthe. Marijo Demers propose d’aller plus loin en instaurant la gratuité en tout temps.

image