24 novembre 2022
Les municipalités s’allient contre la violence conjugale
Par: Adaée Beaulieu
Le mouvement Municipalités engagées contre la violence conjugale est né à Saint-Barnabé-Sud sous l’impulsion de Linda Normandeau (2e à partir de la gauche). Elle est accompagnée de différents partenaires impliqués et de la porte-parole Ingrid Falaise (au centre). Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le mouvement Municipalités engagées contre la violence conjugale est né à Saint-Barnabé-Sud sous l’impulsion de Linda Normandeau (2e à partir de la gauche). Elle est accompagnée de différents partenaires impliqués et de la porte-parole Ingrid Falaise (au centre). Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Douze municipalités de la MRC des Maskoutains se sont engagées contre la violence conjugale chacune à leur façon à la suite d’un mouvement initié par Saint-Barnabé-Sud. Dans cette dernière municipalité, c’est le bureau municipal qui deviendra un lieu sûr. Les victimes pourront y contacter La Clé sur la porte et seront également prises en charge par la Sûreté du Québec (SQ).

Outre Saint-Barnabé-Sud, les municipalités participantes sont La Présentation, Saint-Bernard-de-Michaudville, Saint-Damase, Saint-Hugues, Saint-Jude, Saint- Liboire, Sainte-Madeleine, Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Pie, Saint-Simon, Saint-Valérien-de-Milton et Saint-Louis. En ajoutant les municipalités situées dans trois autres MRC, soit Drummond, Vallée-du-Richelieu et Nicolet-Yamaska, qui analysent actuellement leur meilleure façon de s’impliquer, le compte s’élève à 25.

Selon l’intervenante en sensibilisation Catherine Veronneau, de la maison d’hébergement La Clé sur la porte, la façon dont la Ville de Saint-Hyacinthe participera sera déterminée éventuellement, le nombre important de quartiers ayant un impact sur l’implantation d’un tel projet.

Parmi les façons de contribuer proposées, on peut mentionner la sensibilisation dans les camps de jour, la réalisation de capsules par les municipalités et la disponibilité d’un ordinateur dédié à des recherches sur le sujet à la bibliothèque.

Historique

À Saint-Barnabé-Sud, l’initiative est celle de la directrice générale, Linda Normandeau, qui a voulu en faire plus à la suite d’une opération de sensibilisation au printemps 2021. Elle a donc approché le conseil municipal qui a accepté d’adopter une résolution en juillet 2021 pour faire du bureau municipal un lieu sûr pour les victimes. Les autres municipalités ont ensuite été invitées à participer.

« Nous avons tous la conviction qu’il est prioritaire d’agir contre cette forme de violence », a déclaré Mme Normandeau, lors de la conférence de presse, le 21 novembre.

Les élus et employés de Saint-Barnabé-Sud ont été sensibilisés récemment via deux ateliers de trois heures offerts par La Clé sur la porte et une représentante de la SQ, mais il est important de noter qu’ils ne deviendront pas des intervenants.

Les autres municipalités de la MRC des Maskoutains ont aussi reçu la même visite. De plus, un comité de travail a été formé en octobre à la MRC pour coordonner les démarches dans les municipalités intéressées. Il relève de la Commission permanente de la famille et est formé de deux représentants de la MRC, de deux représentants de Saint-Barnabé-Sud, dont Mme Normandeau, d’une intervenante de La Clé sur la porte et d’une représentante de la SQ.

Impact réel

Ingrid Falaise était la présidente d’honneur de la conférence de presse. « C’est une initiative porteuse d’espoir », a-t-elle déclaré. Elle a aussi noté que l’isolement, notamment pour les victimes en milieu rural, est un facteur aggravant et qu’en moyenne, les femmes quittent la personne violente six fois avant de partir pour de bon.

L’intervenante en sensibilisation de La Clé sur la porte ajoute qu’il faut une assise forte pour assurer la pérennité d’un tel mouvement et que le fait qu’il soit porté par un gouvernement de proximité, soit le municipal, aide. « C’est une opportunité de sortir de nos silos. Seuls, nous allons vite, mais ensemble, nous allons loin », a-t-elle conclu.

Quelques statistiques

Ce sont 14 féminicides qui ont été commis à ce jour en 2022 et 26 en 2021. L’an passé, ces meurtres ont fait 35 orphelins. À l’organisme La Clé sur la porte, ce sont en moyenne 100 femmes qui sont hébergées chaque année et 2000 demandes de soutien qui sont reçues.

Si vous avez besoin d’aide, contactez La Clé sur la porte au 450 774-1843.

image