9 juin 2022
Les Zapartistes sont morts, mais pas enterrés!
Par: Maxime Prévost Durand
Le Maskoutain Christian Vanasse, à droite, saluant la foule à la suite de ce qui serait le dernier spectacle des Zapartistes. Photo Jean-François Nadeau

Le Maskoutain Christian Vanasse, à droite, saluant la foule à la suite de ce qui serait le dernier spectacle des Zapartistes. Photo Jean-François Nadeau

Christian Vanasse vient de tourner une page importante de sa carrière. Le groupe d’humour politique Les Zapartistes, dont il faisait partie depuis ses débuts il y a plus de 20 ans, a présenté son ultime spectacle intitulé À soir, on meurt avec trois représentations au Club Soda, à Montréal, à la fin mai.

Sans tomber dans la nostalgie – « On laisse ça à d’autres », soutient Christian Vanasse –, Les Zapartistes ont effectué ce dernier tour de piste en faisant ce qu’ils ont fait tout au long de leur carrière : porter un regard sur la société qui nous entoure et faire ressortir la bêtise humaine.

« Ça n’aurait pas pu être mieux. De mon point de vue et de celui du groupe, ça a été le meilleur show des Zapartistes. C’était exactement comme on l’aurait voulu. C’était caustique, pertinent, drôle, punk, un peu tout croche, un peu lousse, mais parfait dans ses imperfections », a confié le Maskoutain en entrevue avec LE COURRIER dans les jours qui ont suivi la mise à mort des Zapartistes.

La mort était annoncée depuis l’automne 2019 et elle était planifiée pour mai 2020. La pandémie est venue bousculer les plans, si bien que ce n’est que deux ans plus tard que Les Zapartistes ont pu mettre le point final à cette aventure.

Avec les projets et les différentes occupations de chacun des membres, il devenait plus difficile pour Les Zapartistes de continuer en tant que groupe, a expliqué Christian Vanasse. Ils ont tout de même voulu se réunir une dernière fois sur scène avec ce spectacle.

« Si on avait fait le show tel que prévu [en mai 2020], on n’en aurait plus jamais entendu parler avec la pandémie, tandis que là, c’était nourri de deux ans de pandémie et de frustrations. On est sorti en force pour notre dernier baroud d’honneur. C’était encore plus pertinent et vivant. Jamais une mise à mort n’aura été plus vivante », a-t-il imagé au bout du fil.

Militants avant tout

Au fil des années, Les Zapartistes se sont attaqués à des sujets comme la protection de la langue française, la lutte des classes et les inégalités sociales, l’indépendance du Québec et l’environnement. Le tout avec humour, pour montrer des dents avec le sourire.

« C’est important de le souligner, on ne s’est jamais considérés comme des humoristes ou des gens qui voulaient apporter du militantisme en humour. On voulait apporter de l’humour dans le militantisme, nuance Christian Vanasse. On est d’abord et avant tout des militants. »

Pour plusieurs, le nom Les Zapartistes rime avec revue de l’année. C’était devenu un incontournable pour le groupe. Mais c’était bien plus que cela. Toujours collés à l’actualité, ses membres carburaient aux spectacles vivants où ils pouvaient se permettre « d’être radicaux et d’aller à la racine des problèmes ».

« C’est une grande fierté d’être restés fidèles à nos idéaux, indépendants dans nos façons de faire et qu’on ait réussi à exprimer les individualités de chacun dans un collectif », a mentionné le Maskoutain.

La suite

En plus d’avoir été présenté en salle et en diffusion en direct sur le web, le dernier spectacle des Zapartistes a fait l’objet d’une captation qui a immortalisé le moment.

« Il existe peu de documents visuels des Zapartistes, a souligné Christian Vanasse. On a toujours travaillé dans l’urgence et sans grosse maison de production. On faisait des shows pour nous, pour les militants et, ensuite, on transportait ça dans des activités de groupes communautaires et de défense des droits, mais on n’avait jamais la volonté d’en faire un objet commercial. Là, l’opportunité nous a été donnée de travailler avec Zap Média, qui a étrangement le même nom que nous! Ils ont capté les trois derniers shows et on va faire un montage pour le diffuser ensuite. On est en train d’étudier sous quelle forme ça va sortir, mais chose certaine, ça va être disponible numériquement. »

Dans une ère où les adieux sont parfois de courte durée, cette fin annoncée des Zapartistes est-elle définitive? « On peut bien exister dans l’outre-tombe un moment et faire parler les morts à un moment donné, a lancé l’humoriste en riant. […] Y a-t-il une vie après la mort? C’est ce qu’on va voir. »

Christian Vanasse, qui signe d’ailleurs la Carte blanche du Courrier de Saint- Hyacinthe chaque semaine, dit travailler présentement sur un nouveau spectacle en solo. « Je suis en écriture de mon 175e one-man-show, a-t-il blagué. Quand je fais un show, je le roule à peine trois mois parce que l’actualité évolue et la vie change. Mais une chose est sûre, je vais toujours continuer de prendre les scènes d’assaut pour faire comme Les Zapartistes ont toujours fait. »

image