16 mai 2024 - 03:00
Championnat du monde de cheerleading
Mad Joker conserve sa Coupe de la nation
Par: Maxime Prévost Durand
Mad Joker, du club maskoutain ProCheer, a été la meilleure équipe canadienne dans sa catégorie au Championnat du monde de cheerleading, ce qui lui a valu la Coupe de la nation. Photo gracieuseté

Mad Joker, du club maskoutain ProCheer, a été la meilleure équipe canadienne dans sa catégorie au Championnat du monde de cheerleading, ce qui lui a valu la Coupe de la nation. Photo gracieuseté

Pour une deuxième année consécutive, l’équipe maskoutaine Mad Joker a remporté la Coupe de la nation lors du Championnat du monde de cheerleading, qui s’est tenu à Orlando du 25 au 28 avril.

Les représentants du club ProCheer, de Saint-Hyacinthe, ont livré la meilleure performance parmi la dizaine d’équipes canadiennes inscrites dans leur catégorie, ce qui leur a permis de conserver le titre qu’ils avaient acquis l’an dernier.

Au classement cumulatif mondial, Mad Joker – une équipe adulte – a terminé au 7e rang dans la catégorie « internationale open Coed niveau 6 sans tumbling ».

En matière de points, l’équipe maskoutaine a même surpassé sa performance de l’an dernier. En finale, elle a obtenu un pointage de 110,15, comparativement à une note de 107,5 en 2023. Malgré cela, Mad Joker n’a pas été en mesure d’égaler sa 5e place historique enregistrée l’an dernier. La catégorie était encore plus relevée et elle comptait cinq équipes de plus en finale, note l’entraîneuse Jessika Gardner.

« Au final, je trouve que notre performance était quand même mieux cette saison, a-t-elle analysé en entrevue avec LE COURRIER. Notre routine scorait plus fort et on a obtenu plus de points que l’an dernier. »

Mad Joker s’est néanmoins donné une petite frousse lors de la compétition. En ronde préliminaire, rien ne semblait fonctionner pour cette équipe qui a pourtant presque tout remporté cette saison. Des erreurs inhabituelles, dont une chute, lui ont valu neuf points de pénalité.

« C’est énorme. D’habitude, une équipe qui a neuf points de pénalité ne passe pas en finale », a souligné Jessika Gardner.

Grâce au niveau de difficulté élevé de sa routine, l’équipe de ProCheer a réussi à se qualifier pour la finale malgré ces accrocs. Pour y arriver, elle devait faire partie des trois meilleures équipes canadiennes et sa note de 96,25 lui a valu le 2e rang canadien.

À la suite de cette performance, les athlètes de Mad Joker sont arrivés avec le couteau entre les dents en finale.

« Tout le monde était vraiment déçu de la performance en ronde préliminaire parce que tout ce qui est arrivé n’arrive jamais d’habitude. En finale, les athlètes sont arrivés avec une rage et une détermination de dire que ça n’arriverait pas de nouveau et qu’ils n’allaient pas repartir sans la Coupe de la nation. »

Mad Joker a présenté son vrai visage lors de cette finale, avec une note à la hauteur du talent des athlètes. Un seul point de déduction a été enlevé à l’équipe à la suite de la routine. Ce résultat lui a permis d’être sacrée la meilleure équipe canadienne de la compétition dans sa catégorie.

« C’était une saison où tout le monde allait dans la même direction et tout le monde y croyait pour arriver à l’objectif qu’on s’était fixé », a noté avec fierté Jessika Gardner.

Encouragée par les résultats des deux dernières années, l’entraîneuse de ProCheer croit plus que jamais qu’une médaille au Championnat du monde est envisageable pour Mad Joker.

« Le but ultime, ce serait de finir dans le top 3 mondial et on voit de plus en plus que ce n’est pas juste un rêve, mais que ça peut devenir réalité si tout le monde y croit. »

Une expérience enrichissante pour Quad Aces

Une autre équipe de ProCheer a pu vivre l’expérience d’une compétition internationale. Quad Aces, formée d’athlètes de 12 à 16 ans, a participé au championnat Summit, qui était également disputé en Floride.

L’équipe a terminé au 32e rang mondial. Il s’agit de la quatrième meilleure performance parmi les équipes canadiennes qui étaient en compétition dans sa catégorie.

« Pour tous les athlètes, c’était leur première grosse expérience internationale », a souligné Jessika Gardner.

L’équipe avait dû lutter jusqu’à la dernière minute pour obtenir son laissez-passer à Summit, fait valoir celle qui est également la directrice générale de ProCheer. Une fois sur place, la nervosité a gagné les troupes, ce qui a provoqué certaines erreurs durant la routine en ronde préliminaire.

« Le but était surtout de leur faire vivre cette expérience, a ajouté Mme Gardner. On est fiers de ce qu’on a pu accomplir cette saison. »

image