18 août 2022
Mercedes EQS : quand la limo passe à l’électrique
Par: Marc Bouchard
Photo Mercedes-Benz

Photo Mercedes-Benz

Ce n’est pas exactement une limousine. Elle en offre les dimensions (elle fait quand même plus de cinq mètres de longueur), le luxe et la puissance. Mais la Mercedes EQS est plutôt l’incarnation électrique de la grande Classe S qui a marqué l’histoire de la compagnie allemande.

Physiquement, l’EQS 580 4 Matic (c’est le nom complet de la version offerte au Canada) est impressionnante. La partie avant plongeante propose une calandre fermée, comme tous les véhicules électriques. Elle affiche quand même avec fierté l’étoile d’argent bien visible. Le tout est encadré de phares dont la capacité technologique est spectaculaire. On y reviendra!

La partie arrière, plus arrondie, se laisse descendre vers l’arrière offrant une voiture au style « fastback » ou presque. En résumé, cela indique un espace de chargement aux dimensions caverneuses, capable de recevoir assez de valises pour tous les occupants de la voiture, et même un peu plus!

Quant à l’espace dans l’habitacle, il est lui aussi imposant. Les occupants ont des sièges enveloppants et stimulants (car ils offrent chauffage, ventilation et plus de huit types de massages différents selon le choix du conducteur ou du passager). La place ne manquera jamais, et vous pouvez aisément trouver la position de conduite idéale. La voiture elle-même vous aidera, en indiquant à l’aide de point dans le tableau de bord la position idéale du siège et du volant pour que vous soyez le plus à l’aise.

Quant aux places arrière, elles sont tout simplement gigantesques. Impossible pour moi et mes petites jambes de rester adossé tout en touchant le siège avant de mes genoux. Même mon grand Fiston de plus de 6 pieds et 3 pouces y a trouvé son compte!

Moderne et techno

Une des qualités de cet exceptionnel véhicule, c’est la présence de l’Hyperscreen et du système MBUX. En gros, toute la planche de bord se divise en trois écrans, incluant un écran personnalisable pour le passager qui peut à la fois consulter la carte ou contrôler le système audio.

L’écran central ajoute de nombreuses fonctions, incluant les modes de confort, et le tableau de bord peut lui aussi offrir une gamme d’affichages différents. Et si jamais vous êtes vraiment trop occupé à conduire, la Mercedes EQS ajoute l’affichage tête haute devant les yeux du conducteur.

Ajoutez à cela un système de navigation à réalité augmentée qui affiche une image de la route avec des flèches en superposition pour vous indiquer la voie à suivre, et au choix une carte ou une image satellite de la route, et vous ne pourrez plus jamais vous perdre.

Un mot aussi sur les phares numériques qui sont exceptionnellement avancés. Ils peuvent offrir des symboles projetés sur la route ou n’offrir qu’un éclairage partiel en fonction des lumières et des véhicules rencontrés. Ils mériteraient, à eux seuls, une chronique dédiée tellement leur technologie est exceptionnelle.

100 % électrique

Sous le capot (enfin, ce qui sert de capot puisqu’il ne s’ouvre pas) se trouve un moteur électrique offrant 516 chevaux et 650 livres-pied de couple. Cette puissance est appuyée par une batterie de 107,8 kWh offrant une autonomie totale de 547 kilomètres. Ce qui s’est avéré particulièrement réaliste et véridique, dans toutes les circonstances.

Vous l’aurez compris, une recharge sur une borne domestique de niveau 2 frôlera les 12 heures, et la voiture peut absorber jusqu’à 200 kW sur une borne de niveau trois, atteignant sa pleine charge en quelque 31 minutes. Je n’ai cependant pas confirmé ce dernier test.

L’autonomie, la puissance et la recharge ne deviennent donc plus un souci, la voiture offrant une plus grande distance que la plupart de ses rivales.

La conduite est exceptionnelle puisque la voiture est aussi dotée de quatre roues directionnelles, du rouage intégral et de freins offrant plusieurs niveaux de récupération au besoin.

La réalité, c’est que la Mercedes EQS est une véritable trouvaille technologique, mariant la qualité de l’assemblage, le luxe exceptionnel, la douceur de roulement à une motorisation d’exception. Dans les faits, tant Chérie (ma passagère principale tout au long de mon essai incluant lors de notre passage à la brumeuse montagne de Sutton) que moi n’avons pas trouvé de réels défauts à la voiture. Quoique, avec une facture de 162 000 $ environ, mon banquier ne semble pas être d’accord avec moi!

image