23 mars 2017
Après 16 mois d’absence
Michaël Gadbois de retour dans le ring
Par: Maxime Prévost Durand

Le Maskoutain Michaël Gadbois disputera un premier combat en 16 mois le 30 mars au Casino de Montréal. Photo Courtoisie Hélène Martin

Le Maskoutain Michaël Gadbois disputera un premier combat en 16 mois le 30 mars au Casino de Montréal. Photo Courtoisie Hélène Martin

Plus de 16 mois après son dernier combat, Michaël Gadbois (14 victoires, 3 nuls, 1 défaite) fera son retour dans le ring le jeudi 30 mars dans le cadre d’un gala du Groupe Yvon Michel (GYM) au Casino de Montréal. Pour l’occasion, il affrontera un Mexicain de 38 ans, Cecilio Santos (33 victoires, 31 défaites, 6 nuls).

Publicité
Activer le son

Il s’agira de la première sortie du Maskoutain depuis qu’il a subi une opération à l’épaule à la fin 2015, une blessure qu’il traînait depuis quelques années. Dans la dernière année, il se remettait aussi d’une blessure au coude découlant de son dernier duel contre Jesus Singwungcha, le 4 décembre 2015.

Gadbois, maintenant âgé de 30 ans, se montre fébrile à l’idée de se retrouver de nouveau dans un combat professionnel. « C’est comme si c’était mon 2e premier combat », dit-il en riant lors d’une entrevue avec LE COURRIER.

Ce prochain combat arrive à point pour le Maskoutain, qui a avoué avoir remis en question la poursuite de sa carrière de boxeur après que son association avec le promoteur Eye of the Tiger Management se soit terminée l’été dernier. « J’ai pensé arrêter. J’ai mal pris ma séparation avec Eye of the Tiger. Mais aujourd’hui je suis content de voir que les choses avancent. »

Pour son retour, l’athlète du Club de boxe de Saint-Hyacinthe a dû frapper à de nombreuses portes avant qu’une opportunité s’offre à lui. Finalement, GYM lui a offert cette chance de remonter sur le ring.

« Ça faisait quelques fois que je communiquais avec eux et ils avaient de l’intérêt. Avant les Fêtes, Yvon Michel m’a dit qu’il me donnerait ma chance, mais qu’il ne savait pas quand », raconte Gadbois. Fin février, la nouvelle tombait comme quoi il allait être de la carte du gala présenté le 30 mars.

Son éventuel adversaire a changé à trois reprises avant qu’il ne reçoive finalement la confirmation en début de semaine dernière qu’il affrontera Cecilio Santos. Ce dernier n’a jamais remporté un combat en sol canadien en cinq présences. Son plus récent passage remonte au 10 décembre dernier, où il s’était incliné par décision unanime face à Alex Dilmaghani.

Une nouvelle vie

Les épreuves de la dernière année auront permis à Michaël Gadbois d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie. Même si ses ambitions en boxe sont toujours aussi présentes – il rêve toujours d’un top 15 mondial, un objectif atteignable dit-il -, les blessures et l’incertitude quant à son avenir dans le sport l’ont amené à entamer un baccalauréat en enseignement au primaire. Il attend également son premier enfant l’été prochain. « La vie change! », lance-t-il candidement.

La conjugaison de ses études avec la préparation pour son prochain combat mène à un horaire assez chargé. « Je me lève à 5 h pour aller m’entraîner à Montréal, ensuite je vais à l’université au campus de l’UQTR à Drummondville. Je retourne parfois m’entraîner après l’école, indique-t-il. Disons que j’ai profité de la semaine de relâche pour m’entraîner beaucoup. »

Même s’il s’agit d’un nouveau chapitre de sa carrière, Michaël Gadbois ne ressent pas le besoin de prouver quoi que ce soit le 30 mars, bien qu’une certaine nervosité l’habite. « Ça fait longtemps que je n’ai pas compétitionné, ça me rend un peu nerveux c’est certain, mais je compte me débarrasser de lui [Santos] rapidement », poursuit le pugiliste qui compte 18 combats à son actif.

Le duel entre Michaël Gadbois et Cecilio Santos est prévu à 139 livres pour une durée de six rounds. La carte mettra en vedette Shakeel Phinn contre Josue Aguilar en finale et le retour de Jo Jo Dan face à Aaron Herrera.

image