17 Décembre 2020
Période des fêtes
Nos traiteurs s’ajustent aux directives gouvernementales
Par: Jean-Luc Lorry

Karine Provencher, propriétaire de La Boustifaille, un traiteur de Saint-Dominique, reçoit plusieurs annulations de commande en raison de l’interdiction de tenir des rassemblements pendant la période des fêtes. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Jausée Carrier, propriétaire de Colorada Chef Traiteur au centre-ville, connaît un vif succès auprès du secteur industriel pour ses coffrets cocktail dinatoire. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La demande du gouvernement Legault d’annuler les rassemblements pendant la période des fêtes dans les régions situées en zone rouge oblige les traiteurs à s’ajuster et à faire preuve de créativité.

Publicité
Activer le son

Les partys de Noël étant sur la glace cette année, plusieurs employeurs ont fait appel aux services de traiteurs.

« Les entreprises ont décidé d’offrir à leurs employés autre chose qu’un party de Noël. Actuellement, nous préparons environ 300 repas par jour destinés au secteur industriel et aux particuliers. Notre carnet de commandes est déjà complet pour la semaine prochaine », indique avec enthousiasme Jausée Carrier, propriétaire de Colorada Chef Traiteur, en entrevue au COURRIER.

L’entreprise de Mme Carrier, qui est située au centre-ville de Saint-Hyacinthe, propose entre autres un coffret cocktail dinatoire. Ces repas froids individuels trouvent preneurs auprès de plusieurs entreprises agroalimentaires de la région.

« Notre formule a intéressé aussi le Collège Saint-Maurice. Il est important d’être flexibles et créatifs pour passer à travers la pandémie », souligne Jausée Carrier.

Le contenant recyclable de ce coffret provient de l’entreprise maskoutaine TalThi, qui est spécialisée dans la commercialisation d’emballages alimentaires.

Chez le traiteur La Boustifaille de Saint-Dominique, les classiques de Noël comme la dinde, le ragoût de boulettes ou la tourtière sont au menu.

« Habituellement, nous cuisinons environ 2000 tourtières pendant la période des fêtes. Cette année, nous risquons d’avoir moins de commandes », craint Karine Provencher, propriétaire de La Boustifaille.

Dans les circonstances actuelles, cette entrepreneure se félicite d’avoir réussi à garder son personnel et même de pouvoir recruter. Ce traiteur compte huit personnes à temps plein.

L’impossibilité de tenir les traditionnels repas familiaux de fin d’année a des conséquences pour le commerce de Mme Provencher.

« Cette année, au lieu de servir des groupes de 20 personnes, notre clientèle se limitera en moyenne à cinq personnes. Comme les groupes sont plus petits, nous avons beaucoup d’annulations », déplore-t-elle.

Le Parvis adapte ses services

Habitué à tenir des banquets et des réceptions à son restaurant, le chef propriétaire du Parvis, Denis Côté, doit lui aussi composer avec la crise sanitaire.

« Habituellement, nous faisons strictement du corporatif. J’ai décidé d’adapter notre service traiteur aux familles. Nous proposons à notre clientèle de venir chercher les plats commandés au restaurant. Nous fournirons les instructions pour les réchauffer adéquatement », mentionne Denis Côté.

Les spécialités de la maison sont les plats de poissons ainsi que les recettes avec du bœuf comme le chateaubriand, une pièce de bœuf assez épaisse taillée dans le filet.

image