9 décembre 2021
Nouveau service de périnatalité au Grand Galop
Par: Laurent Théoret
De gauche à droite, Christiane Di Lalla-Besner, directrice clinique et intervenante sociale du centre Grand Galop, Véronique Pépin, médecin pédiatre, et Sandrine Dionne, médecin gynécologue, sont les trois principales instigatrices du projet O’tour du bébé.Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

De gauche à droite, Christiane Di Lalla-Besner, directrice clinique et intervenante sociale du centre Grand Galop, Véronique Pépin, médecin pédiatre, et Sandrine Dionne, médecin gynécologue, sont les trois principales instigatrices du projet O’tour du bébé.Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Centre de pédiatrie sociale Grand Galop met sur pied un nouveau service de périnatalité social qui se nommera O’tour du bébé. Il sera disponible en janvier 2022.

Dès le 5 janvier, l’organisme Grand Galop pourra accueillir les mères qui sont en pleine grossesse. L’idée d’ajouter ce nouveau service au centre de pédiatrie social germait dans la tête des intervenantes depuis le printemps dernier. Le projet a finalement pu voir le jour lorsque le gouvernement québécois, notamment par l’entremise du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, a ouvert un appel de projets à travers le Québec. Le gouvernement subventionnera le projet maskoutain à une hauteur d’environ 950 000 $ sur trois ans.

« Le but de ce projet est de pouvoir, dès la grossesse de la mère, prendre soin du bébé. Nous allons pouvoir avoir un suivi sur le plan médical, mais aussi sur le plan psychosocial », explique la directrice clinique et intervenante sociale du Centre, Christiane Di Lalla-Besner.

En ce qui concerne les suivis médicaux, c’est la gynécologue Sandrine Dionne qui les effectuera au départ en plus de faire le lien avec l’hôpital. Elle a entendu parler du projet par un heureux hasard. « C’est une coïncidence, je montais par moi-même un projet semblable et quand je me suis renseignée dans les plus hautes sphères [CISSS], j’ai vu que Grand Galop travaillait aussi sur le sujet. On s’est donc associés », explique la médecin.

En plus du suivi médical, le projet inclura certaines activités comme du yoga, des ateliers maman-bébé, des massages, des cours prénataux et des ateliers de couture.

Ce nouveau projet s’étendra sur tout le territoire du Réseau local de santé (RLS) Richelieu-Yamaska. Grand Galop embauchera une dizaine de nouvelles personnes avec notamment quatre à cinq médecins, des éducatrices spécialisées et deux personnes pivots qui seront situées à Acton Vale et à Beloeil.

Concernant les personnes pivots, elles constitueront un rouage important du service dans les régions plus éloignées du RLS Richelieu-Yamaska. « Les personnes pivots vont beaucoup soutenir les mères et les enfants dans leur région. Elles les guideront vers Saint-Hyacinthe pour les services médicaux et certains ateliers. Par la suite, elles les accompagneront dans leur région avec les services qu’il y a déjà. Les ateliers qui pourront être donnés en région, elles le feront », annonce Christiane Di Lalla-Besner.

Créer une différence

« Dans ma pratique, je vois beaucoup de patientes vulnérables et leurs suivis médicaux étaient auparavant faits en silo. Je faisais mes suivis, mais c’était compliqué d’aider ma patiente dans les autres sphères de sa vie », explique la gynécologue.

Les femmes que le service O’tour du bébé compte aider sont souvent très méfiantes envers le système de santé et de services sociaux du Québec, car elles ont eu de mauvaises expériences par le passé. Une organisation à l’extérieur de l’hôpital et disponible en tout temps pour elles pourra grandement les aider. « Nous voulons créer un milieu de vie pour que nous puissions les accompagner sans qu’elles se sentent jugées », raconte Sandrine Dionne. De plus, lors des consultations médicales, il y aura toujours une intervenante qui accompagnera les femmes pour diminuer leur stress.

image