4 novembre 2021
On m’a redonné mon Nissan Pathfinder
Par: Marc Bouchard

Photo Nissan Canada

Ceux et celles qui avaient fait le choix des Nissan Pathfinder de la dernière génération ne sautaient pas de joie en général. Le modèle était devenu générique, son design trop sobre et sa conduite appuyée d’une déplaisante transmission à variation continue, pas exactement exaltante.
Publicité
Activer le son

Ce qui n’empêchait pas le VUS de bonne taille d’afficher certaines qualités, l’espace intérieur en étant notamment une. Sauf que les vrais amateurs de Nissan Pathfinder avaient en mémoire les générations plus anciennes d’un camion musclé, plus stylé qui, même s’il était un peu rudimentaire, offrait une sensation unique de conduite.

Merci Nissan d’avoir choisi 2022 pour nous ramener un Pathfinder digne de ce nom. On a su conserver les qualités, tout en corrigeant les défauts les plus dérangeants de la dernière version. Aujourd’hui, on peut dire que le nouveau Nissan Pathfinder effectue vraiment un retour dans la cour des grands.

Mieux pensé

Oubliez la silhouette sans éclat de la récente génération. La version 2022 n’a plus rien de commun avec sa prédécesseure et joue davantage dans la classe des Monsieur Univers que des Monsieur Passe-Partout. Les épaules sont plus affirmées, la partie avant nettement plus musclée, et la calandre a un petit quelque chose qui marie vintage et modernisme.

Le changement le plus radical cependant, c’est dans l’habitacle. Il est vrai que ma version d’essai était la Platine, ce qui, vous vous en doutez, est la plus haut de gamme de la famille. Évidemment, cela lui donne droit à la finition la plus recherchée et aux matériaux les plus nobles.

C’est cependant dans le souci du détail que l’on remarque l’effort. La qualité d’assemblage, par exemple, est sans reproche. Au-delà des sièges, par ailleurs fort confortables, il faut noter l’amélioration des matériaux utilisés pour le tableau de bord, en lieu et place des plastiques un peu trop faciles à rayer des anciennes versions.

Même le système multimédia propose une ergonomie plus agréable et un écran plus vaste. Sans parler des cadrans logés devant le conducteur ou du volant à la partie inférieure aplatie pour une meilleure prise en main. Bon, il est vrai que les commandes au volant ne sont pas si claires et qu’elles provoquent un peu de confusion, mais on finit par s’y habituer.

Un bon mot aussi pour les places arrière (rappelons que le Pathfinder propose de l’espace pour huit passagers) qui sont assez faciles d’accès et d’un confort intéressant dans la deuxième rangée, même si la troisième nécessite un peu de compromis et de contorsion. Pourquoi huit passagers? C’est que la troisième rangée peut désormais accueillir trois personnes normalement constituées. On peut même glisser vers l’avant les sièges de deuxième rangée pour augmenter le dégagement.

Sur la route

Le véritable changement, et on ne remerciera jamais assez Nissan de l’avoir fait, c’est d’avoir retiré la transmission à variation continue de l’équation pour la remplacer par une boîte automatique 9 rapports de ZF, partagée notamment avec le tout nouveau Nissan Frontier.

Vous direz que seulement les puristes pourront apprécier ce changement, ce qui n’est pas totalement faux. Mais la différence de sensation et de qualité des reprises n’est pas qu’une affaire de spécialiste. On apprécie vraiment davantage le séjour au volant.

Sous le capot, un moteur V6 3,5 litres qui n’a rien de nouveau, mais qui permet de conserver la capacité de remorquage du véhicule, ce qui plaira aussi à ceux qui recherchent un VUS polyvalent.

Sur la route, le Pathfinder n’a rien à envier aux anciennes générations. Au contraire, il présente une conduite souple et relativement agréable, et si les 284 chevaux et 259 livres-pied de couple ne garantissent pas un comportement sportif, ils sont largement suffisants pour un usage normal.

Petit détail, le Pathfinder reçoit à la fois le bouclier de sécurité de Nissan et à la fois un rouage intégral intelligent qui ajoute des modes de conduite. Ces modes, Boue et Racines, Sable ou Neige, modifient le fonctionnement du rouage, la réponse de l’accélérateur et la fermeté de la direction. On peut même transférer 50 % de la puissance aux roues arrière pour plus de polyvalence.

Assurément, le nouveau Nissan Pathfinder 2022 a beaucoup progressé. Il est désormais au niveau des ténors de la classe et devrait reprendre sa place dans le cœur des amateurs. Un bon coup de Nissan!

image