23 décembre 2021
Les salles de spectacles à nouveau fermées
« On s’attend à être fermés jusqu’à la fin janvier »
Par: Maxime Prévost Durand
La nouvelle fermeture des salles de spectacles a pris tout le monde par surprise lundi. Mise sur pause jusqu’à nouvel ordre, l’industrie culturelle pourrait être affectée pendant plusieurs semaines, croit le directeur général et artistique du Centre des arts Juliette-Lassonde, Jean-Sylvain Bourdelais.

« On s’attend à être fermés jusqu’à la fin janvier. On n’est pas dupes », a-t-il affirmé en entrevue téléphonique avec LE COURRIER, mardi, en réaction aux annonces faites par le gouvernement.

Pour l’instant, aucune date de retour en salle n’a été projetée par les instances politiques. L’évolution de la situation épidémiologique dictera le moment où les artistes pourront renouer avec les spectateurs. Une première annonce avait été faite par le premier ministre François Legault le 16 décembre pour réduire de moitié la capacité des salles de spectacles. Quatre jours plus tard, il a plutôt été décidé de fermer sur-le-champ les lieux de diffusion culturelle. « On ne voyait pas ça venir du tout », a concédé M. Bourdelais au bout du fil.

Le son de cloche est le même du côté du Zaricot. La salle de musique indépendante avait recommencé à présenter des spectacles en formule debout depuis que c’était permis cet automne. À compter de janvier, l’ensemble de ses spectacles devaient même être présentés en admission générale, comme c’était le cas avant le début de la pandémie. Mais ses plans devront vraisemblablement être revus.

« On comprend les nouvelles mesures [avec le contexte actuel], a souligné Jean-François Rivest, l’un des copropriétaires du Zaricot. […] Ce qui fait le plus mal présentement, c’est l’incertitude. On ne sait pas quand ces mesures vont être levées. On l’a vu tout de suite sur la vente des billets. On est passé d’une vente régulière de billets à plus rien du tout depuis l’annonce. »

Devant ce nouveau contrecoup de la pandémie, Jean-Sylvain Bourdelais se réjouit néanmoins des actions prises rapidement par le gouvernement pour aider les diffuseurs. « On a un excellent appui de l’État qui va faire en sorte qu’on va pouvoir payer notre monde quand même », a-t-il affirmé.

De son côté, le Zaricot s’attend aussi à pouvoir bénéficier de mesures d’aides financières pour pallier cette situation.

Ce retour en arrière promet toutefois de complexifier la logistique des spectacles prévus en début d’année. On s’attend à ce que la capacité soit limitée à 50 % lorsque les salles pourront rouvrir.

« Ça devient presque impossible de convertir tous les shows, surtout ceux qui affichent complet, parce qu’on n’a plus de dates au calendrier », a indiqué le directeur général du Centre des arts Juliette-Lassonde.

« On va tout faire pour les convertir ou les reporter […], mais quelques-uns devront sans doute être annulés malheureusement », a ajouté M. Bourdelais.

Pour l’instant, le spectacle des Cowboys Fringants qui était prévu hier soir a été reporté à décembre 2022 et celui de Sam Breton qui devait avoir lieu le 9 janvier est remis en juin. Au retour des fêtes, une décision sera prise par le Centre des arts concernant les autres spectacles de janvier, à la lumière des mesures en place.

Le Zaricot ne touche pas non plus à sa programmation de janvier pour l’instant, préférant attendre plus de précisions sur les mesures qui seront en vigueur à ce moment pour prendre la décision de reporter ou d’annuler des spectacles.

image