2 Décembre 2021
Parc du boisé de la Métairie : passons de rêve à réalité
Par: Le Courrier

Il nous apparaît nécessaire et important de venir témoigner des faits et gestes qui ont eu lieu pour promouvoir la réalisation du parc écologique urbain couramment cité comme le « Parc de la Métairie ».

La publication d’un récent éditorial de Martin Bourassa pouvait laisser croire que l’annonce de la création d’un parc urbain d’envergure était pour des fins électoralistes durant la campagne d’élections municipales de Saint-Hyacinthe. Comme quoi le chat venait de sortir du sac.

En fait, il y a eu de très nombreuses démarches qui ont été entreprises depuis au-delà de 8 ans pour promouvoir tangiblement la réalisation d’un nouveau parc pour la communauté maskoutaine sur les terres de la congrégation des Sœurs de la Charité. Dès la formation du Comité de bassin versant des Douze et Métairie (CBVDM) en 2012 à la MRC, la notion de préserver les cours d’eau et la biodiversité existante sur les terres patrimoniales des religieuses était déjà à l’agenda.

D’ailleurs, pour faire connaître et faire avancer un projet de « parc », le Comité et son président de l’époque, Bernard Valiquette, avaient préparé et publié un mémoire intitulé Ruisseau de la Métairie : un rendez-vous avec l’histoire. Ce mémoire illustrait explicitement le potentiel écologique, historique et touristique du territoire. Le document recevait l’endossement et la volonté de collaborer des Sœurs de la Charité avant d’être déposé au conseil municipal de Saint-Hyacinthe en 2015.

En 2017, un sous-comité d’élus du CBVDM a été mis sur pied afin de travailler directement avec la MRC et la Ville de Saint-Hyacinthe pour voir à la réalisation de ce parc à visée écotouristique. Le sous-comité a été consulté par la Ville pour l’élaboration d’un plan concept d’aménagement préparé par Nature-Action Québec sous contrat avec le Service d’urbanisme. Mentionnons que le CBVDM considère impératif de permettre la continuité de l’exploitation et de la protection des riches terres cultivables dans le territoire convoité en parc.

Le temps de « rêver ensemble » un parc est maintenant du passé. Maintenant, il est temps de voir à sa réalisation. Tout comme le mentionnait le conseiller Bernard Barré, qui a soutenu le projet personnellement auprès de ses collègues élus ainsi qu’auprès de la communauté religieuse avec la présence participative bénévole de citoyens et citoyennes et des membres impliqués du Comité de bassin versant des Douze et Métairie : « C’est bien un moment historique! »

Nathalie Dugré et Richard Standish, administrateurs du CBVDM

image