16 décembre 2021
Sécurité routière
Parle, parle, jase, jase
Par: Le Courrier

Faut pas être pressé. C’est le conseil que l’on serait tenté de donner à toutes les personnes et à tous les groupes qui ont à négocier quelque chose avec le ministère des Transports du Québec (MTQ). Quelque chose comme un nouveau pont, une réfection de route, un changement de signalisation ou encore de vitesse.

Espérer une intervention rapide du MTQ dans un dossier donné semble être quelque chose d’impossible, même quand tout le monde est unanime à la réclamer. On doit se frotter à la machine, à ses procédures et à ses délais. Et de toute évidence, le ministère dirigé par le député et ministre François Bonnardel est un gros paquebot incapable de réactions rapides et d’agilité, même quand le gros bon sens élémentaire le commande. Des exemples? Pas besoin de chercher bien loin. On en publie pratiquement chaque semaine dans les journaux régionaux de DBC Communications. Pas plus tard que la semaine dernière, nous n’avions pas une, mais bien deux histoires pour appuyer notre propos.

À Sainte-Marie-Madeleine, sur la route 116, trois accidents mortels ont défrayé la manchette depuis la dernière année. Tous au même endroit, à l’intersection de la route 116 et du chemin du Grand Rang. C’est un endroit dangereux, tous les habitués vous le diront, alors que le Grand Rang traverse les quatre voies de la 116. Ce serait même l’endroit tout désigné pour un pont d’étagement ou un viaduc, si le débit de la circulation le commandait. Il ne faut quand même pas rêver. Si Québec et Ottawa sont incapables de voir le bien-fondé de trouver une façon de faire disparaître l’entrave que représente un passage à niveau sur l’autoroute 20 à la hauteur de Saint-Hyacinthe, ce n’est pas demain la veille qu’ils le feront pour l’intersection du chemin du Grand Rang et de la route 116 au milieu de nulle part!

Les trois coroners qui se sont penchés sur autant d’accidents mortels viennent de rendre un rapport conjoint. Ils y vont bien entendu d’une série de recommandations dans l’espoir d’éviter d’autres tragédies à cet endroit. Je vous épargne les détails, mais je prends la liberté de vous les résumer bien grossièrement : il y a danger et il faut intervenir.

Puisque des initiatives ont déjà été entreprises au niveau municipal, les coroners invitent la Municipalité de Sainte-Marie-Madeleine à les poursuivre, voire à les intensifier si possible. La nouvelle mairesse Ginette Gauvin est bien d’accord, mais elle prévient qu’il ne faut rien espérer de nouveau à cette intersection avant 2024. Dans deux ans. Une étude préliminaire sur ce qui pourra être fait à cet endroit est planifiée pour 2022-2023 au MTQ. Parle, parle, jase, jase, on connaît la chanson.

Le député Simon-Pierre Savard- Tremblay, qui a piloté une pétition pour inciter le CN et Transports Canada à l’action dans ce dossier, semble lui aussi se buter à de gros paquebots, preuve que le MTQ n’a pas le monopole en ce domaine.

Dans notre plus récente édition, nous rapportions aussi l’exaspération des résidents de la rue des Seigneurs Est à Saint-Hyacinthe concernant le trafic de camions lourds dans le secteur Sainte-Rosalie. C’est un sujet récurrent dans nos pages. L’une des porte-parole du groupe de citoyens a d’ailleurs rappelé qu’une pétition avait été orchestrée… en 2012! Depuis ce temps, la situation n’a fait qu’empirer et on ne sent pas vraiment l’urgence de la Ville de passer en mode solution, bien que le conseiller Donald Côté se soit dit d’accord de participer à un comité où siégeraient des élus, des citoyens et des représentants du MTQ.

Parle, parle, jase, jase au carré.

Et que dire de cette autre histoire dans la région d’Acton où une mère en deuil de son fils, à la suite d’un accident de la route survenu en octobre sur la 116 près du club de golf valois, tente à son tour de faire réagir les autorités pour accroître la sécurité. Elle a lancé une pétition pour réclamer que les lignes pointillées sur ce tronçon dangereux soient remplacées par des lignes doubles interdisant toute manœuvre de dépassement. Elle ne réclame pas la lune, juste un peu de peinture pour sensibiliser les automobilistes pressés. Elle a l’appui du maire, de son député et ministre André Lamontagne et du député Savard-Tremblay. Ne lui manquent que l’écoute et l’attention du MTQ et de son ministre.

On lui souhaite bien de la patience.

image