28 juillet 2022
Accident mortel au centre-ville de Saint-Hyacinthe
Pas de changement à prévoir à court terme
Par: Jérémy Bezeau
La scène de l’accident était particulièrement pénible à voir. Malgré tous les efforts déployés, Louise Chauvette, 65 ans, a succombé à ses blessures.Photo Adam Bolestridge | Le Courrier ©

La scène de l’accident était particulièrement pénible à voir. Malgré tous les efforts déployés, Louise Chauvette, 65 ans, a succombé à ses blessures.Photo Adam Bolestridge | Le Courrier ©

Une semaine après le décès tragique d’une piétonne de 65 ans qui a été renversée par un camion alors qu’elle circulait au centre-ville, aucun changement n’a été apporté à l’intersection des rues Cascades et de la Concorde Nord. Les clignotants sont encore en fonction sur les feux de circulation et rien ne laisse présager un changement imminent.

« Il s’agit d’un bête accident, c’est toujours triste et on ne veut jamais de décès sur nos routes. Personnellement, je ne crois pas que cet accident soit dû à un problème de signalisation. Il n’y a rien à apprendre de cet événement à ce stade-ci, alors aucun changement ne sera apporté à court terme », mentionne l’un des membres du comité de circulation de la Ville de Saint-Hyacinthe, le conseiller municipal David-Olivier Huard.

Selon lui, il est encore trop tôt tirer des conclusions et pour apporter des modifications. Il mentionne vouloir attendre le rapport et s’engage à suivre les recommandations du coroner au dossier.

« Au départ, l’objectif d’avoir l’intersection sur feux clignotants était d’aider à la fluidité pour les véhicules qui circulent au centre-ville. Il est évident que la fluidité est importante, mais jamais au détriment des piétons », a assuré M. Huard.

Un accident de trottinette électrique survenu le jour même a incité le conseil municipal à se pencher sur toute la question de la sécurité routière lundi soir dernier. « La situation a été soulevée. Le but est d’optimiser les pistes cyclables ainsi que le circuit routier, surtout dans le centre-ville de Saint-Hyacinthe », dit-il.

Près de plusieurs zones de travaux, le recours aux signaleurs est parfois la solution pour faciliter la circulation. Questionné à savoir pourquoi il n’y en avait pas le matin de l’accident mortel survenu au centre-ville, M. Huard a mentionné qu’à sa connaissance, ils sont davantage présents aux heures de pointe quand la situation le commande.

L’accident du 21 juillet a coûté la vie à la Maskoutaine Louise Chauvette, âgée de 65 ans. Consciente et coincée de longues minutes sous un camion-benne chargé, elle n’a eu aucune chance.

De la machinerie lourde a été nécessaire afin de soulever le camion et réussir à dégager la dame. Celle-ci se trouvait dans un état critique lors de son transport vers le centre hospitalier. Selon la porte-parole de la Sûreté du Québec, Audrey-Anne Bilodeau, des manœuvres de réanimation ont été tentées jusqu’à son arrivée à l’hôpital Honoré-Mercier, où son décès a finalement été constaté.

Quant au conducteur du camion, il a été conduit à l’hôpital pour traiter un choc nerveux. Il devait être rencontré par les autorités par la suite pour mieux comprendre ce qui s’était produit. La SQ confirme toutefois qu’il aurait bel et bien fait son arrêt obligatoire à l’intersection peu avant la collision. Une enquête du coroner est en cours dans le but d’établir la séquence des événements. Des recommandations pourraient être émises à la suite de ses investigations.

image