14 avril 2022
Pas de pénurie de main-d’œuvre étudiante à la Ville
Par: Le Courrier
Les emplois étudiants à pourvoir sont nombreux à la Ville de Saint-Hyacinthe, mais ce sont surtout les accompagnateurs de camp de jour qui sont plus difficiles à recruter. Photothèque | Le Courrier ©

Les emplois étudiants à pourvoir sont nombreux à la Ville de Saint-Hyacinthe, mais ce sont surtout les accompagnateurs de camp de jour qui sont plus difficiles à recruter. Photothèque | Le Courrier ©

Malgré la pénurie de main-d’œuvre qui frappe le Québec depuis un bon moment déjà, les embauches étudiantes en vue de l’été qui arrive à grands pas vont bon train à la Ville de Saint-Hyacinthe, assure la chef de division aux espaces récréatifs, Marie-Claude Lapointe.

« Nous avons environ une centaine d’emplois à pourvoir en vue de l’été 2022. Pour l’instant, le volet plein air et sports ainsi que le volet aquatique se portent bien. C’est vraiment au niveau des accompagnateurs qu’il y aura beaucoup de travail à faire », affirme Mme Lapointe, qui refuse de parler de pénurie de main-d’œuvre en ce qui concerne les accompagnateurs de camp de jour.

Plusieurs campagnes de publicité ont fait surface dans les dernières semaines afin d’attirer les jeunes à venir travailler à la Ville. « On veut se démarquer en offrant une expérience de travail dynamique où les jeunes vont apprécier venir travailler chaque jour. On veut créer un esprit d’équipe entre les jeunes », dit-elle en promouvant les offres d’emploi qu’il reste à pourvoir.

Pour le moment, il n’y a pas de raison de croire qu’il y aura des postes laissés vacants d’ici le début des camps de jour qui prendront leur envol au mois de juin. « Il n’y a aucun retard dans nos démarches, l’échéancier est correct », assure mme Lapointe. Il est encore trop tôt pour penser à des solutions si jamais il y a un manque d’accompagnateurs aux camps de jour.

Une formation est offerte gratuitement pour le rôle d’accompagnateur, qui consiste à être avec un enfant ayant des besoins particuliers dans le but de l’introduire aux activités offertes par le camp de jour. « C’est sûr qu’il s’agit d’un bon défi », concède Mme Lapointe.

image