17 novembre 2022
Softball
Patrick Chiquette nommé arbitre de l’année au Canada
Par: Jérémy Bezeau
Patrick Chiquette a appris qu’il était nommé arbitre de l’année en balle lente au Canada en même temps qu’il a obtenu sa licence de niveau 5. Photo Must Multi Médias

Patrick Chiquette a appris qu’il était nommé arbitre de l’année en balle lente au Canada en même temps qu’il a obtenu sa licence de niveau 5. Photo Must Multi Médias

L’année de rêve s’est poursuivie pour l’arbitre de softball Patrick Chiquette. Après avoir été derrière le marbre pour la finale senior du Championnat canadien de balle lente de Softball Canada, le Maskoutain a été nommé arbitre de l’année en balle lente au Canada.

Patrick Chiquette a appris la nouvelle lors d’un appel téléphonique avec le directeur national des arbitres pour Softball Canada, Jeff Whipple. Ce dernier lui a tout d’abord annoncé qu’il avait obtenu sa licence d’arbitre de niveau 5 en balle lente et qu’il avait une surprise pour lui en terminant. C’est alors qu’il lui a annoncé qu’il était aussi nommé arbitre de l’année au Canada. Voilà une consécration à laquelle il ne s’attendait pas du tout et qu’il a accueillie avec joie.

« C’est une grande fierté pour moi, surtout avec toutes les embûches que j’ai dû surmonter depuis la pandémie. Je le vois vraiment comme une récompense. J’ai travaillé toute ma vie pour atteindre ce niveau et cette reconnaissance », raconte-t-il.

Questionné à savoir ce qui l’attendait pour la suite des choses, Chiquette mentionne qu’il évaluera ses options dans les prochaines semaines. Lui qui a réussi à gravir les échelons rapidement en passant du niveau 3 à 5 en l’espace de six ans aurait la possibilité de participer à un séminaire de la World Baseball Softball Confederation en Oklahoma au sein du programme de softball américain dans le but d’atteindre le niveau international.

Parmi les autres options qui s’offrent à lui, il y a celle de rester comme arbitre de niveau 5 à la balle lente et celle d’atteindre les plus hauts niveaux à la balle rapide, où il se trouve présentement au troisième échelon sur cinq. À son avis, il serait possible pour lui d’atteindre le plus haut niveau de balle rapide d’ici 5 ans.

« Mes options sont nombreuses. Il s’agit maintenant de voir ce que je veux vraiment faire au cours des prochaines années », considère celui qui pourrait devenir le deuxième Québécois à détenir à la fois le niveau 5 en balle lente et en balle rapide.

Le Maskoutain de 48 ans a fait ses premiers pas dans l’arbitrage dès l’âge de 16 ans avant d’arrêter sept ans plus tard en raison de la naissance de son premier enfant. Il a effectué son retour sur les terrains en 2010 pour le plaisir et dans le but d’occuper ses étés. En 2017, il s’est impliqué au sein du programme de développement des arbitres provinciaux en balle-lente.

image