24 novembre 2022
Chantier de Groupe Sélection
Peu importe le dénouement, la place des spectacles verra le jour
Par: Sarah-Eve Charland
L’avenir du chantier pourrait être supervisé par la Cour supérieure du Québec. Photothèque | Le Courrier ©

L’avenir du chantier pourrait être supervisé par la Cour supérieure du Québec. Photothèque | Le Courrier ©

Peu importe ce qu’il adviendra du chantier de Groupe Sélection au centre-ville de Saint-Hyacinthe, l’entreprise responsable des travaux n’aura d’autre choix que de libérer le stationnement municipal Intact au cours de la prochaine année afin de permettre à la Ville de lancer les travaux d’aménagement de la place des spectacles.

Même si le chantier de Groupe Sélection n’est pas terminé, les travaux de la place des spectacles devront se réaliser en 2023. L’échéancier était l’une des conditions dans l’entente qui encadre la subvention de 5 M$ du gouvernement du Québec pour aménager la place des spectacles. Il est prévu que ces travaux débutent après ceux visant à séparer les égouts sur la rue Marguerite-Bourgeoys et l’avenue Saint-Joseph, qui devraient se terminer à l’été 2023.

« On va devoir relocaliser les travailleurs de Groupe Sélection sur leur site ou à proximité. C’est eux qui vont devoir libérer l’espace. Ils sont bien au fait de ça depuis un bon moment », assure le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau.

« C’est un projet privé. Évidemment, on souhaite tous un dénouement positif. Il est fort probable que la suite nous amène à travailler avec un autre promoteur », poursuit la directrice générale associée, Chantal Frigon.

Le complexe Waltz devait se composer de 165 unités réparties sur huit et six étages. Ce chantier représente un investissement d’environ 50 M$ au centre-ville de Saint-Hyacinthe.

Le chantier visé par la LACC

Les travaux sont assumés par Structure ISO 2015, une entreprise apparentée à Groupe Sélection. Structure ISO 2015 fait d’ailleurs partie des 137 entreprises débitrices qui se sont mises sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). Également, l’entreprise Petrifond Fondation de Laval a enregistré une hypothèque légale sur l’immeuble maskoutain en août 2022. Elle réclame 415 267 $ à Structure ISO 2015.

Le porte-parole de Groupe Sélection, Claude-André Mayrand, a répondu au COURRIER que la volonté de l’entreprise était de respecter les engagements. Toutefois, les décisions touchant le chantier maskoutain pourraient être prises sous la supervision de la Cour supérieure du Québec.

Cette semaine, le juge Michel Pinsonnault a rejeté le choix du contrôleur, qui aura la responsabilité de redresser financièrement l’entreprise, proposé par Groupe Sélection, mais a plutôt opté pour PricewaterhouseCoopers, soit le contrôleur présenté par le syndicat bancaire qui regroupe les principaux prêteurs et créanciers. Le contrôleur devra soumettre ses recommandations au tribunal afin qu’elles soient entérinées.

Groupe Sélection a choisi d’en appeler de la décision désignant le contrôleur. L’audience durant laquelle la Cour décidera d’entendre l’appel ou non se déroule aujourd’hui, le 24 novembre.

image