26 juillet 2018
Cyclisme sur route
Pour revivre les Jeux du Québec une dernière fois
Par: Maxime Prévost Durand

Matis Boyer et Nicolas Ippersiel font partie de l’équipe de cyclisme de Richelieu-Yamaska pour une deuxième édition. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Matis Boyer et Nicolas Ippersiel font partie de l’équipe de cyclisme de Richelieu-Yamaska pour une deuxième édition. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les cyclistes Nicolas Ippersiel et Matis Boyer ont goûté pour la première fois aux Jeux du Québec il y a deux ans à Montréal. Le premier avait raflé une médaille de bronze à l’épreuve de route, tandis que le second avait dû se contenter de résultats en deçà des attentes à la suite d’une chute. Tous deux défendront de nouveau les couleurs de Richelieu-Yamaska à Thetford, où ils pourront vivre l’expérience des Jeux du Québec une dernière fois.

Publicité
Activer le son

 « Les Jeux du Québec, c’est différent de toutes les autres compétitions. L’ambiance est différente et, comme ça se passe seulement une fois aux deux ans, les gens arrivent encore plus prêts », note Matis, rencontré avec Nicolas en début de semaine par LE COURRIER.

Pour Matis, il s’agira d’une deuxième participation à ce grand rendez-vous provincial. Nicolas en sera quant à lui à sa troisième présence aux Jeux du Québec, lui qui a aussi représenté Richelieu-Yamaska en hockey l’an dernier. Chez les minimes en 2016, ils seront cette fois à l’œuvre dans la catégorie cadet.

Autant pour l’un que pour l’autre, le cyclisme sur route n’est pourtant plus leur sport numéro 1. Nicolas se concentre de plus en plus sur le hockey, surtout depuis qu’il a été repêché par les Huskies de Rouyn-Noranda dans la LHJMQ ce printemps. De son côté, Matis a décidé de mettre tous ses efforts en cyclocross plutôt qu’en cyclisme sur route.

« Avant, j’étais capable de continuer l’entraînement en hockey en même temps que je faisais le vélo, mais ça commence à être plus difficile [de concilier les deux] », soutient Nicolas, dont le frère aîné Antoine est aussi cycliste.

Même s’il dit se consacrer un peu moins au cyclisme, l’athlète de Saint-Denis-sur-Richelieu a tout de même de belles références cette saison, dont une 3e place au sprint acquise tout récemment lors d’une épreuve disputée en marge du Tour de l’Abitibi. Il croit d’ailleurs en ses chances de se démarquer au sprint, de même qu’au critérium, ses spécialités, lors de la Finale des Jeux du Québec.

Pour sa part, Matis n’a que deux courses de route à son actif cet été. Bien conscient du défi qui l’attend dans ce contexte, le Maskoutain souhaite surtout profiter de l’opportunité qui lui est offerte en ayant du plaisir. « C’est une expérience que tu ne vis pas souvent dans une vie. Je veux me dépasser et voir ce que je peux offrir. Je n’ai pas d’objectif précis, mais si je peux faire un top 10 au contre-la-montre, je serais content. »

Les deux athlètes de 16 ans se connaissent depuis longtemps déjà. « On avait joué au soccer ensemble quand on avait 8-9 ans », se rappelle Nicolas. Ils se sont ensuite retrouvés sur deux roues quelques années plus tard, où ils ont développé une amitié en se côtoyant sur les lignes de départ. Ils comptent d’ailleurs se tenir les coudes serrés lors de la course sur route, l’épreuve qu’ils redoutent le plus aux Jeux du Québec. « Je n’ai pas fini une course dans le pack cette année », souligne Nicolas. « Le but sera de rester accroché le plus longtemps possible », ajoute Matis.

Le parcours pourrait toutefois jouer en leur faveur. « À Montréal, il y a deux ans, il y avait la côte Camillien-Houde dans le parcours. Cette fois, ce sera assez plat comme parcours », souligne le Dyonisien. « Ça devrait donner une course plus ouverte, ce qui pourrait être plus avantageux pour nous », estime son compatriote.

La compétition de cyclisme sur route sera disputée dans le 2e bloc de la Finale des Jeux du Québec, du 1er au 4 août. L’équipe de Richelieu-Yamaska sera complétée par Philippe Jacob de Granby, Ludovik Joseph de Lac-Brome et Olivier Pelletier de Mont-Saint-Hilaire. 

image