26 mai 2016
Poursuite contre une station de météo : le ridicule peut-il tuer?
Par: Le Courrier

Poursuite contre une station de météo : le ridicule peut-il tuer?

Poursuite contre une station de météo : le ridicule peut-il tuer?

Publicité
Activer le son

En général non, heureusement! Car difficile de trouver plus ridicule que la poursuite de Sanair contre la station de météo opérée par Michel Morissette, familièrement appelé Monsieur Météo. Vaut-il vraiment la peine de passer du temps à répondre à cette attaque contre une personne qui ne fait qu’appliquer une science basée sur des probabilités? Hélas oui, parce que la personne visée doit perdre du temps à se défendre, ce qui implique un stress inutile qui pourrait affecter sa santé et parce que la question du climat mérite qu’on s’y attarde. En effet, l’incident de cette poursuite judiciaire, qui suscite un tollé d’indignation, nous en offre un beau prétexte.

D’abord, une question me vient à l’esprit? Comment se fait-il qu’une poursuite de ce genre puisse être recevable alors qu’on se plaint de la ­lenteur du système judiciaire et que des causes crédibles trainent en longueur. Ensuite, pourquoi utiliser cet incident pour poser une question dans le « sondage » hebdomadaire du Courrier en vue d’obtenir une réponse qui devrait être évidente? On sait très bien que ces sondages hebdomadaires n’ont aucune crédibilité puisque la méthodologie n’a pas de base scientifique et permet entre autres défaillances d’ouvrir la porte à des groupes d’intérêt qui ont la possibilité de fausser les résultats par des votes à répétition.

Une prévision météo, c’est une question de probabilité un peu comme le risque de cancer du poumon à cause de la cigarette : la probabilité est exacte, mais on ne peut pas dire qui va en être victime. Avec la météo, c’est la même chose, quand on annonce 40 % de pluie, ça indique que quelque part il y aura une certaine zone où il pleuvra, mais on ne peut dire précisément où. À chacun d’assumer les risques selon ses goûts ou intérêts : décider de fumer ou décider d’organiser une course…

Si le propriétaire de Sanair se donnait la peine de comparer les torts qu’il cause par le bruit et la pollution avec les torts qu’il a subis par l’annulation d’une course (et en passant, ce n’est pas la station météo qui a annulé la course), il me semble qu’il serait approprié de sa part de se garder une petite gêne. En effet, bien que Sanair soit une entreprise de divertissement appréciée par certaines personnes, les voisins sur un très large périmètre doivent endurer la pollution sonore qu’est le vrombissement acharné des voitures de course autour de la piste. De plus, les voisins craignent également les excès de vitesse des clients et visiteurs qui régulièrement gardent la même allure sur la route comme s’ils ignoraient qu’ils viennent à peine de sortir de la piste de course. Et si le ridicule ne tue pas en général, la vitesse elle, tue plus souvent qu’à son tour. De là à poursuivre Sanair parce qu’il y a un accident sur la route entre Saint-Pie et le pont de Douville, ce serait tout aussi ridicule, tout le monde en conviendra!

La prévision météo n’est pas la cause des tempêtes et des extrêmes du climat que nous vivons de plus en plus, elle ne fait que les annoncer. Est-ce qu’on pourrait se concentrer sur les grands pollueurs et destructeurs des forêts de cette planète, ceux qui contribuent à augmenter les gaz à effet de serre et qui affectent réellement le climat au lieu de s’attarder à des jugements erronés sur l’application de probabilités et de statistiques?

image