2 juin 2022
Pris dans l’engrenage
Par: Maxime Prévost Durand
Deux ans après Le puits, Vincent Fournier-Boisvert lance Engrenage, un suspense qui délaisse les codes du roman policier au profit du thriller psychologique. Photo gracieuseté

Deux ans après Le puits, Vincent Fournier-Boisvert lance Engrenage, un suspense qui délaisse les codes du roman policier au profit du thriller psychologique. Photo gracieuseté

Deux ans après Le puits, Vincent Fournier-Boisvert lance Engrenage, un suspense qui délaisse les codes du roman policier au profit du thriller psychologique. Photo gracieuseté

Deux ans après Le puits, Vincent Fournier-Boisvert lance Engrenage, un suspense qui délaisse les codes du roman policier au profit du thriller psychologique. Photo gracieuseté

Avec son nouveau roman, Engrenage, l’auteur maskoutain Vincent Fournier-Boisvert plonge le lecteur dans un thriller psychologique aux accents d’horreur avec une histoire fictive qui se déploie au milieu des années 90 dans la municipalité de Saint-Hugues.

En route vers Montréal avec son chum, Lili Boivin atterrit en pleine campagne à la suite d’une panne d’essence. Incapable de trouver une station-service, le couple sera hébergé chez une famille à l’entrée du village qui acceptera de les accueillir pour la nuit. Lili y fera la rencontre du curé du village, un gourou qui profitera de sa vulnérabilité et de sa quête d’être aimée pour l’attirer dans une secte.

« Le personnage de Lili va se retrouver pris dans une spirale infernale avec ce qu’elle amène comme bagage dans le roman », raconte Vincent Fournier- Boisvert en entrevue avec LE COURRIER pour mettre la table à la lecture.

Le thème délicat de la violence conjugale et des relations malsaines teinte cette histoire, qui évoque également les séquelles que laissent des blessures mal cicatrisées.

Plus tordu et tombant davantage dans le suspense, Engrenage délaisse les codes du roman policier qui étaient présents dans le premier roman publié par Vincent Fournier-Boisvert en 2020, intitulé Le puits.

« J’aime raconter des histoires sombres et prenantes. Ça me libère d’écrire ces trucs-là, un peu horreur, confie-t-il. Il n’y a rien dans Engrenage qui est arrivé dans ma vie, mais parfois, on se construit des schémas mentaux et on est pris dedans et c’est ce que je voulais montrer. C’est facile de berner son esprit et de se ramasser dans un coin en étant pris avec ça. On l’a tous vécu et [en écrivant ce livre,] ça m’a permis d’exorciser certaines choses que je faisais. »

Surmonter les refus

Le fait qu’Engrenage se retrouve aujourd’hui en librairie est un exemple frappant de persévérance et de détermination de la part du Maskoutain d’origine. Il lui aura fallu près de huit ans et six réécritures avant que ce roman soit enfin publié. Celui-ci paraît dans la collection Corbeau des éditions ADA, la même qui avait publié Le puits.

« C’est une histoire qui me turlupinait depuis longtemps. C’était une obsession. Il fallait que ça sorte », lance l’auteur, qui avait déjà effacé des refus de publication après avoir soumis le manuscrit par le passé. « Je l’avais envoyé dans une version précédente et ça n’avait pas fonctionné. Mais au final, je suis content que ce soit cette version qui sorte. Il y a beaucoup de travail. »

Quelques jours à peine après qu’Engrenage est arrivé dans les librairies, Vincent Fournier-Boisvert participait déjà au Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue à la fin mai. Il se réjouit d’ailleurs de pouvoir aller à la rencontre du public cette fois, ce qu’il n’avait pas pu faire avec Le puits en raison de la pandémie. Celui-ci était paru en février 2020, à la veille du début de la pandémie.

Ses autres projets

Entre ces deux romans, Vincent Fournier-Boisvert a mené d’autres projets en parallèle de son métier d’enseignant.

Sur le plan littéraire, il a contribué au projet collaboratif intitulé Nos héros : fictions sur nos travailleurs essentiels en pandémie, des éditions Monarque, dans lequel lui et Withney St-Onge B. ont signé chacun une novella.

En tant que musicien, celui qui est violoncelliste a participé au concert sculptural de l’artiste sculpteur Claude Millette au Jardin Daniel A. Séguin de Saint-Hyacinthe et à l’Église Sacré-Cœur de Jésus de Montréal. Il aide aussi à la mise sur pied de Courants, centre d’artistes de Saint-Hyacinthe en tant que membre fondateur.

Pour souligner la sortie de son livre Engrenage, Vincent Fournier-Boisvert tiendra un lancement à la librairie L’Intrigue, au centre-ville de Saint-Hyacinthe, le vendredi 3 juin à 19 h.

image