28 avril 2022
Après une seule saison
Quel avenir pour le Condor à Saint-Hyacinthe?
Par: Maxime Prévost Durand
Sur la photo, on aperçoit Robert Chevrier, l’un des copropriétaires du Condor, lors de la mise au jeu officielle du match inaugural de l’équipe à Saint-Hyacinthe cette saison. Photothèque | Le Courrier ©

Sur la photo, on aperçoit Robert Chevrier, l’un des copropriétaires du Condor, lors de la mise au jeu officielle du match inaugural de l’équipe à Saint-Hyacinthe cette saison. Photothèque | Le Courrier ©

L’aventure du Condor à Saint-Hyacinthe aura-t-elle duré une seule saison? S’il n’en tient qu’à Robert Chevrier, l’un des copropriétaires de l’équipe de hockey senior AAA, la priorité est de garder la concession en sol maskoutain. Mais il reconnaît avoir eu une offre pour aller ailleurs.

Le quotidien La Voix de l’Est, de Granby, avait évoqué la semaine dernière que le Condor pourrait être appelé à déménager dès la saison prochaine. Or, rien n’est décidé pour le moment, a assuré M. Chevrier en entrevue téléphonique avec LE COURRIER, même si cette option n’est pas tout à fait écartée.

« Oui, on a eu une offre et, oui, on est en pourparlers, mais on est aussi en pourparlers pour rester à Saint-Hyacinthe. Je ne veux pas dire aux gens qu’on s’en va, on n’est pas partis encore », a-t-il indiqué au bout du fil.

« Ce qui m’intéresserait, c’est plus de continuer à Saint-Hyacinthe », a-t-il renchéri dans la conversation.

Au-delà du succès modeste enregistré aux guichets en comparaison à un marché comme celui des Bisons de Granby, c’est surtout l’enjeu des heures de glace qui titille l’organisation du Condor au terme de cette première année à Saint-Hyacinthe. On se souviendra qu’un match des séries, face au Métal Perreault de Donnacona, avait dû être disputé à Granby faute de disponibilité au Stade L.-P.-Gaucher cette fin de semaine là. Cela a donné un dur coup du point de vue financier alors qu’on espérait profiter de l’engouement des séries pour rattraper une partie du retard monétaire enregistré en saison régulière.

« La Ville de Saint-Hyacinthe a été extraordinaire avec nous, mais on n’a pas d’heures de glace, s’est désolé Robert Chevrier. On passe derrière les Gaulois (M18 AAA) et les Lauréats (collégial D1), même si on a attiré beaucoup plus de monde et que le restaurant [à l’aréna] marchait beaucoup plus [durant nos matchs]. On est arrivés en séries et on n’a pas pu jouer chez nous [un match]. Ça nous a fait réfléchir à savoir si, l’an prochain, ça allait être encore pareil. »

S’il reste à Saint-Hyacinthe, comme il le souhaite, le Condor espérera une meilleure logistique dans l’attribution des heures de glace.

Bien que cette première saison ait été déficitaire pour l’organisation du Condor, ce facteur ne serait pas en cause dans le jeu de coulisses qui s’opère présentement. « Ça a été une année difficile encore une fois au niveau du financement, a reconnu M. Chevrier. On a perdu un peu, mais moins que les autres années [à Nicolet]. »

Une décision définitive quant à l’avenir du Condor devrait être prise d’ici un mois, soit au plus tard au début juin. Il ne semble pas impossible non plus que le Condor puisse être vendu malgré tout et qu’une autre équipe, complètement nouvelle, voie le jour à Saint-Hyacinthe en vue d’une expansion de la ligue senior AAA du Québec.

image