9 mai 2024 - 03:00
Bruno Pelletier
Redécouvrir Miserere dans son entièreté
Par: Maxime Prévost Durand
« Faire revivre l’album me permet de mettre en lumière des chansons qui m’étaient importantes », raconte Bruno Pelletier au sujet de la tournée célébrant les 25 ans de la sortie du disque Miserere. Photo gracieuseté

« Faire revivre l’album me permet de mettre en lumière des chansons qui m’étaient importantes », raconte Bruno Pelletier au sujet de la tournée célébrant les 25 ans de la sortie du disque Miserere. Photo gracieuseté

À Saint-Hyacinthe, comme partout où il passe avec sa tournée Miserere, Bruno Pelletier se produira devant une salle comble, ce soir, au Centre des arts Juliette-Lassonde. Le succès que connaît la tournée depuis qu’elle a été lancée au début de l’année témoigne de l’impact que cet album, paru il y a plus de 25 ans, a eu dans la vie des gens.

L’exercice évoque, par le fait même, une sorte de nostalgie qui prend surtout la forme d’une célébration.

« C’est comme si de faire revivre l’album me permet de mettre en lumière, en dehors de la chanson “Miserere”, des chansons que j’ai coécrites et qui m’étaient importantes sur les thématiques abordées. Et le public redécouvre l’album sous un autre angle, 25 ans plus tard », raconte Bruno Pelletier dans une généreuse entrevue téléphonique accordée au COURRIER.

« Ça me donne l’occasion d’expliquer aux gens qu’au-delà de la chanson “Miserere”, il y avait beaucoup de chansons plus personnelles sur cet album-là, que les gens n’avaient peut-être pas compris entièrement », ajoute-t-il.

Bruno Pelletier donne en exemple « Coriace », une chanson écrite pour son père, ainsi que « J’oublie ma folie », qui abordait l’enjeu de la dépendance. Il y a aussi « Pardonne », qui portait sur « le pouvoir religieux qui contrôle la pensée des gens un peu partout sur la planète », raconte le chanteur.

D’une certaine façon, le fait de revisiter ces chansons avec le regard actuel libère également la parole de l’artiste.

« Il y a des enjeux [qui sont abordés dans les chansons] dont on parle de façon beaucoup plus libre aujourd’hui, souligne Bruno Pelletier. La santé mentale est un enjeu de société qui interpelle tout le monde maintenant. Dans les années 90, à l’époque où j’ai écrit la chanson pour mon père, ce n’était pas quelque chose dont on parlait tant que ça. Mon père, qui était un homme de peu de mots, ne voulait pas affronter trop cette dimension-là. Je peux en parler plus librement aujourd’hui parce que mon père n’est plus, donc il y a une espèce de parole qui se libère. »

Ce qui frappe aussi lorsqu’on réécoute l’album, c’est à quel point on y trouve une diversité musicale. Que ce soit le refrain en anglais dans la chanson « Change », le changement de rythme inattendu dans « Paix et guerre » ou les cordes vibrantes sur la balade « Ma vie », le disque met en valeur différentes facettes de l’artiste.

« L’album résume assez bien qui je suis comme artiste, mentionne Bruno Pelletier. Je suis quelqu’un qui aime le rock, qui aime les mélodies, qui aime les ballades, qui s’intéresse à toutes sortes de genres musicaux. C’est un peu ça que je suis comme artiste et la tournée reflète ça. Dans le même show, je joue l’entièreté de l’album Miserere, mais je joue aussi beaucoup d’autres chansons du reste de ma carrière et je fais des surprises aux gens alors que je passe du heavy métal au disco dans le même show. »

« Depuis le jour un, je me suis toujours considéré comme un curieux musical, ce qui m’a amené à essayer plusieurs choses dans ma vie, comme le jazz, le folk, le classique et les comédies musicales, poursuit-il. Je suis allé dans toutes sortes de direction. Je n’ai jamais voulu être enfermé dans une case et ça a été compliqué pendant une bonne partie de ma carrière parce que les gens pensaient que je ne savais pas où je m’en allais. Et aujourd’hui, 40 ans plus tard, je pense à une émission comme En direct de l’univers qui va m’appeler autant pour faire une toune de crooner que pour une toune de Led Zeppelin parce que c’est installé maintenant que Bruno fait un peu toutes sortes d’affaires. »

« Un accident de parcours »

À ce jour, l’album Miserere reste le plus gros succès commercial de la carrière de Bruno Pelletier, notamment grâce à la chanson-titre qui a fait vibrer les Québécois.

« L’avènement de “Miserere” est arrivé comme un accident de parcours, affirme le chanteur. Ça a donné une trajectoire complètement inattendue – et pour le mieux – à ma carrière. »

Bruno Pelletier s’était révélé au grand public avec cette chanson lors du spectacle-bénéfice organisé dans la foulée du déluge du Saguenay.

« Ma carrière était encore en construction à ce moment. J’avais deux albums à mon actif. J’avais commencé une tournée acoustique un peu partout au Québec et je faisais une petite parodie de chanteur d’opéra dans mes spectacles où je faisais semblant d’être un Pavarotti de bas-étage », se remémore Bruno Pelletier.

« Miserere » était l’une des chansons qu’il s’amusait à parodier dans ses spectacles, sans savoir qu’elle allait le propulser vers de nouveaux sommets quelques mois plus tard.

« Un de mes copains avait eu une offre pour aller à la télévision et il m’avait demandé si je voulais y aller avec lui pour chanter cette chanson-là à deux. Finalement, ça n’a jamais fonctionné, mais je me disais que tant qu’à avoir appris la chanson, j’allais en faire une parodie dans mon show acoustique. Puis, dans la foulée de tout ça, il y a eu le déluge du Saguenay et un concert s’est mis en branle, puis on m’a demandé si je voulais aller la chanter de manière sobre. C’est comme ça que ça a décollé parce qu’on était sur tous les réseaux de télé en même temps. »

Aujourd’hui, Bruno Pelletier compte plus de 40 ans de carrière, chose qu’il souligne également à travers la tournée de Miserere. Au total, ce sont justement une quarantaine de chansons qu’il interprète – en partie ou intégralement – durant ce spectacle.

« Je vais avoir 62 ans et je me rends compte que je ne me le suis pas donné facile avec ce show-là », affirme le chanteur.

Cela vaut toutefois amplement le plaisir qu’il prend à livrer ce spectacle sur scène. Et le public le lui rend bien.

La tournée Miserere se poursuivra partout au Québec jusqu’au début 2025. Pour l’instant, aucune supplémentaire n’a été annoncée à Saint-Hyacinthe.

image