23 Décembre 2021
RENÉE MARTEL S’ÉTEINT À SAINT-HYACINTHE
Par: Maxime Prévost Durand
René Martel lors d’une performance aux Beaux mardis de Casimir en 2014. Dans un spectacle-hommage à Willie Lamothe, elle avait notamment chanté avec Maxime Landry (sur la photo) et Laurence Jalbert. Photothèque | Le Courrier ©

René Martel lors d’une performance aux Beaux mardis de Casimir en 2014. Dans un spectacle-hommage à Willie Lamothe, elle avait notamment chanté avec Maxime Landry (sur la photo) et Laurence Jalbert. Photothèque | Le Courrier ©

Lors du Festival rétro de Saint-Hyacinthe de 2005, Renée Martel avait pris la relève de l’animation du spectacle Souvenirs, Souvenirs. On la voit ici en compagnie du chanteur Pierre Senécal. Photothèque | Le Courrier ©

Lors du Festival rétro de Saint-Hyacinthe de 2005, Renée Martel avait pris la relève de l’animation du spectacle Souvenirs, Souvenirs. On la voit ici en compagnie du chanteur Pierre Senécal. Photothèque | Le Courrier ©

Cette photo a été prise lors d’un passage de Renée Martel à Saint-Hyacinthe en 1972. On la retrouve à droite, aux côtés de Luc Casavant et de la chanteuse Lucie Vallée. Léon Lussier et Michel Comtois apparaissent également à l’arrière. Photothèque | Le Courrier ©

Cette photo a été prise lors d’un passage de Renée Martel à Saint-Hyacinthe en 1972. On la retrouve à droite, aux côtés de Luc Casavant et de la chanteuse Lucie Vallée. Léon Lussier et Michel Comtois apparaissent également à l’arrière. Photothèque | Le Courrier ©

La chanteuse Renée Martel, figure légendaire de la musique québécoise, a poussé son dernier souffle samedi après-midi à Saint-Hyacinthe, ville où elle a habité durant quelques années.

Âgée d’à peine 74 ans, l’interprète des succès « Un amour qui ne veut pas mourir » et « Je vais à Londres » a succombé à une pneumonie sévère qui n’était pas reliée à la COVID-19, ont fait savoir Les Productions Martin Leclerc, qui l’ont accompagnée pendant plus de 15 ans dans sa carrière. Son décès est survenu à l’Hôpital Honoré-Mercier, où elle était hospitalisée depuis quelques jours.

Originaire de Drummondville, Renée Martel s’était installée dans la région maskoutaine en 2009 et y avait vécu pendant quelques années. « Elle n’habitait plus à Saint-Hyacinthe depuis plusieurs années », a toutefois indiqué le producteur Martin Leclerc lorsque joint par LE COURRIER.

Malgré sa nature discrète, la cowgirl dorée, comme elle était surnommée, n’avait pas hésité à s’impliquer dans son milieu d’adoption. En 2015, elle avait notamment été la porte-parole du Relais pour la vie de Saint-Hyacinthe organisé par la Société canadienne du cancer. Elle-même a surmonté deux cancers dans sa vie, l’un au foie qu’elle a combattu en 2012, puis un autre au sein qui lui avait été diagnostiqué en 2019 et dont elle était en rémission l’an dernier.

Fille du chanteur Marcel Martel, qui a lui-même marqué une époque, elle avait été propulsée dans la sphère musicale québécoise en vedette instantanée à la fin des années 1960. Totalisant plus de 65 ans de carrière, elle a su laisser une empreinte indélébile grâce à un répertoire qui conjugue à la fois modernité et respect des traditions.

Véritable idole de toute une génération et icône de la musique country, Renée Martel a offert plusieurs performances à Saint-Hyacinthe au fil des années, témoignant du lien unique qu’elle a bâti avec son public dans sa carrière.

Elle était notamment passée plus d’une fois à Musicorama, un « super-spectacle » organisé à la station de radio CKBS, a-t-on pu retracer dans nos archives. Elle était aussi passée au Festival rétro de Saint-Hyacinthe, notamment en 2005 alors qu’elle avait même pris le relais comme coanimatrice invitée à la dernière minute pour remplacer une Monique Saintonge malade. Plus récemment, elle est évidemment montée sur la scène du Centre des arts Juliette-Lassonde à plusieurs reprises, que ce soit seule ou en compagnie d’autres artistes.

En 2014, Renée Martel avait également participé à un spectacle en hommage au légendaire Maskoutain Willie Lamothe dans le cadre des Beaux mardis de Casimir, en compagnie de Laurence Jalbert, Maxime Landry et Michel Lamothe, fils de Willie. En marge de ce spectacle, elle avait souligné en entrevue au COURRIER la forte tradition country qui existe à Saint-Hyacinthe. « Autant Willie que Bobby [Hachey] et Paul [Brunelle], ainsi que plusieurs autres grands noms du country, viennent d’ici. C’est plus significatif de produire ce spectacle-là dans la région que dans n’importe quelle autre ville, il y a un plus grand sentiment d’appartenance. Moi-même je suis à Saint-Hyacinthe depuis quelques années et je me sens à la maison ici », avait-elle dit.

Renée Martel devait remonter sur la scène du Centre des arts Juliette- Lassonde le 28 septembre 2022 dans le cadre d’une tournée avec Paul Daraîche pour leur projet conjoint Contre vents et marées, dont l’album du même titre est paru cet automne. C’était la première fois que les deux légendes du country, toutes deux nées le 26 juin 1947, devaient être réunies sur scène. Avec le départ prématuré de la chanteuse, Paul Daraîche a déjà évoqué le désir de transformer cette tournée en hommage à sa bonne amie, « sa jumelle » comme il se plaît à l’appeler.

Les hommages sont nombreux depuis l’annonce du décès de Renée Martel, provenant autant de personnalités publiques qui l’ont côtoyée que de ses admirateurs. Pour souligner sa carrière, quelques stations de télé et de radio ont même modifié leur programmation. Aujourd’hui, le 23 décembre, la chaîne locale NousTV présentera d’ailleurs deux émissions spéciales entièrement consacrées à Renée Martel à compter de 20 h, comprenant une entrevue réalisée en 2013 et une performance réalisée dans le cadre de Chanson Via Country en 2018.

image