19 mai 2016
Rock Bilodeau derrière les barreaux
Par: Jean-Luc Lorry

Rock Bilodeau derrière les barreaux

Rock Bilodeau derrière les barreaux

L’ex-homme d’affaires maskoutain Rock Bilodeau est aujourd’hui derrière les barreaux. Photothèque| Le Courrier ©

L’ancien propriétaire, actionnaire et administrateur de Gestion 2007 International et de Gestion 2007, Rock Robert Bilodeau, vient d’écoper d’une peine d’emprisonnement de six ans, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Cette sentence prononcée le 25 avril par le juge Maurice Galarneau au palais de justice de Longueuil met un terme à une longue saga judiciaire dans laquelle de nombreux épargnants ont été floués.

Cette affaire qualifiée de « mini Norbourg » remonte à 2006, l’année où la société de placement de Rock Bilodeau, Gestion 2007 International et son autre firme, Gestion 2007, ont déclaré faillite.

Selon le plaidoyer de culpabilité, dont nous avons obtenu copie, ces deux entreprises accusaient un déficit respectif de 16,8 M$ et de 453 018 $. Dans l’aventure, leur dirigeant Rock Bilodeau avait lui-même contracté des dettes totalisant 735 679 $.

À la suite d’une dénonciation du syndic Roy, Métivier et Roberge, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) avait été mandatée en septembre 2006 par le bureau du surintendant des faillites pour enquêter sur Rock Bilodeau et ses entreprises.

En charge de ce volumineux dossier, le syndic a réussi à retracer 178 créanciers qui réclamaient des montants totalisant 18,8 M$. Des sommes dont les épargnants ne reverront jamais la couleur.

Après une longue et complexe enquête, Rock Bilodeau a été accusé en octobre 2012 de 46 chefs d’accusation. Il a été incarcéré après avoir plaidé coupable à un seul chef d’accusation de fraude de plus de 5 000 $ du code criminel.

Autorité des marchés financiers

Parallèlement aux actions en justice menées par la GRC, l’Autorité des marchés financiers (AMF) réclamait à l’endroit de Rock Bilodeau des amendes de 8,3 M$ ainsi qu’une peine d’emprisonnement.

« L’automne dernier, nous nous sommes entendus avec le procureur fédéral afin que nos chefs d’accusation au pénal soient pris en considération dans la cause criminelle de M. Bilodeau », a indiqué en entrevue au COURRIER, Sylvain Théberge, porte-parole de l’AMF. Ce qui clôt le dossier du côté de l’AMF.

On estime que Rock Bilodeau aurait mis en place un stratagème de type Ponzi, un montage financier frauduleux qui consiste à rembourser les investisseurs en puisant dans les fonds obtenus auprès des nouveaux épargnants.

Gestion 2007 International recrutait des investisseurs par l’entremise de Rock Bilodeau et d’agents de placement. En août 2014, Six d’entre eux ont été déclarés coupables de placements illégaux par l’AMF. Maryse Labarre, Paola Burgdorfer, Marco Veilleux, Richard Dénommé, Marc Toutloff et Gérard Reid avaient écopé de plus d’1,5 M$ d’amendes.

Banque au Luxembourg

Plusieurs programmes proposés aux épargnants offraient la possibilité d’investir dans des produits de placement de la banque privée Edmond de Rothschild au Luxembourg.

Parmi les programmes offerts, le Cristal Aventure au capital garanti offrait des taux d’intérêt garantis de 5 % par mois.

En septembre 2006, LE COURRIER révélait que Rock Bilodeau possédait un compte à la prestigieuse banque luxembourgeoise. En entrevue, l’un de ses directeurs avait invoqué le secret bancaire pour refuser de nous confirmer que Rock Bilodeau faisait bien partie de la clientèle.

Selon les documents de la cour, l’argent des épargnants avait été en partie investi dans la société d’investissement Libertas International (1,9 M$), Productions Morency (550 000 $), Animasoft (185 000 $), Bonard (100 000 $) et Concept Lee Love (126 000 $). Libertas était dirigée par le financier Bernard Massé, fils d’un ancien ministre libéral. Quant à Bonard, c’était une société implantée dans la Cité de la biotechnologie qui selon le Registraire des entreprises était spécialisée dans le commerce en gros d’aliments pour animaux et oeuvrait comme consultant en alimentation animale.

L’argent des investisseurs a également servi à des fins de prêts octroyés à des particuliers pour des montants s’élevant à plus d’un million de dollars. Gestion 2007 International et Gestion 2007 ont bénéficié d’une somme de 1 589 503 $ et Rock Bilodeau d’un montant de 317 202 $.

Lors de son incarcération, l’homme de 60 ans demeurait dans la municipalité de Saint-Gédeon au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

image