25 novembre 2021
Saint-Pie interdit la présence de trois chiens sur son territoire
Par: Sarah-Eve Charland

L’un des chiens visés par l’interdiction de la Ville de Saint-Pie est de race cane corso. Photo pixabay

Les cas de morsures de chien se sont multipliés depuis l’application d’une loi encadrant les chiens en mars 2020. Exaspérée, la Ville de Saint-Pie en est même venue à interdire la présence spécifique de trois chiens sur son territoire.
Publicité
Activer le son

La Ville a identifié les chiens nommés Buzz, Shyla et Jacky dans des résolutions adoptées en séance ordinaire du conseil en septembre. Des événements impliquant des morsures sont survenus entre le 10 juillet et le 3 août 2021 qui ont été suivis par une évaluation d’un vétérinaire.

La Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens oblige les personnes à déclarer toutes morsures de chien depuis mars 2020. Dans la région, c’est la Société protectrice des animaux de Drummond (SPAD) qui est interpellée pour effectuer une évaluation du comportement du chien mordeur. À la suite de cette évaluation, la SPAD émet des recommandations auprès de la Ville qui, elle, peut rendre des ordonnances.

Dans ce cas-ci, Buzz et Shyla ont été déclarés potentiellement dangereux, mais pas le troisième chien Jacky. Les deux premiers sont des pitbulls et le troisième est de la race cane corso. Ils ont tous les trois reçu les mêmes ordonnances. Les chiens devront suivre des cours d’éducation canine, devront être en laisse et porter une muselière-panier lors de leurs sorties extérieures. Une affiche visible de la voie publique devra être installée à l’entrée de la maison afin d’aviser les visiteurs de la présence de chiens ayant un potentiel dangereux. Ils ne devront pas fréquenter les parcs à chien.

Saint-Pie a voulu rendre une ordonnance plus sévère que ce qu’a rendu la SPAD en recommandations.

Ils ne sont plus les bienvenus à Saint-Pie. La Ville a interdit leur présence partout sur son territoire. Le propriétaire des chiens ne réside pas sur le territoire de la municipalité. L’ordonnance suit les chiens et le propriétaire, peu importe l’endroit où ils se rendent.

« On a eu deux ou trois incidents avec les mêmes chiens. On avait déjà une situation de chien potentiellement dangereux, mais pas de résolution. En adoptant une résolution, on ne prend plus de chance. On voulait lancer un message », affirme la directrice générale de Saint-Pie, Dominique St-Pierre.

Une épidémie de morsures

Le directeur général de la SPAD, Philippe Labonté, s’est d’ailleurs montré surpris de voir autant de déclarations de morsures depuis la mise en application de la Loi. Il ne peut pas commenter l’événement touchant Saint-Pie puisque les dossiers sont confidentiels.

« Il y a maintenant une obligation de déclarer ce genre d’événement, mais on a été surpris. […] Pour chaque cas de morsure, ça va prendre 25 h à régler. On a dû ajouter des ressources. On ne pensait pas avoir autant de cas. On se basait sur les années précédentes. Avant, si les personnes ne portaient pas plainte, on n’avait pas de moyens de le savoir », souligne M. Labonté.

La SPAD dessert 52 municipalités. Depuis le début de la loi, elle a géré au-dessus de 100 cas de morsures. « On espère qu’en 2022, les propriétaires gardent leur chien en laisse et les contrôlent. On a eu des cas assez graves. Un accident arrive tellement rapidement. Dans certaines situations, il peut y avoir des propriétaires responsables. Pour d’autres, ce sera toujours la faute des autres, mais un chien sera toujours dans le tort quand il mord. Souvent, les propriétaires sont surpris parce que c’est la première fois, mais cette première fois est une fois de trop », tranche M. Labonté.

image