2 décembre 2021
Si gentiment vain s’invite au théâtret
Par: Sarah Villemaire
Les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe invitent le public à assister à leur nouvelle création intitulée Si gentiment vain, présentée à la salle Léon-Ringuet du 10 au 16 décembre. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe invitent le public à assister à leur nouvelle création intitulée Si gentiment vain, présentée à la salle Léon-Ringuet du 10 au 16 décembre. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pour une seconde fois cette saison, les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe présenteront devant public une nouvelle création théâtrale intitulée Si gentiment vain. Écrit de toutes pièces par Étienne Lepage et accompagné par Frédérick Gravel à la mise en scène, ce projet artistique met en lumière la polyvalence et l’esprit créatif des étudiants présents à l’avant-scène et dans les coulisses.

Au-delà des classiques, cette création scénique sort du cadre traditionnel par son écriture de plateau. Les chorégraphies et la musique seront à l’honneur afin d’illustrer les propos de l’auteur Étienne Lepage. Cette nouvelle idée a d’ailleurs été conçue pour et avec les étudiants, question d’ajouter leur touche personnelle dans le projet.

Un défi supplémentaire entre en ligne de compte : les étudiants devront jongler dans un univers d’interprétation similaire à leur quotidien. « Le travail des interprètes est de créer une distance entre leur personnage et eux-mêmes, car la seule distance entre les deux, c’est la scène. C’est un récit actuel et ils doivent se dissocier du réel et de l’imaginaire », précise Étienne Lepage.

Non loin derrière, les finissants en production assureront le côté technique dans un décor digne d’une discothèque des temps modernes. En tout, une vingtaine d’étudiants participeront à cette création présentée à la salle Léon-Ringuet du Cégep de Saint-Hyacinthe, du 10 au 16 décembre.

Enfin prêts

À moins d’un mois de la première représentation, le duo de créateurs se disait confiant pour la suite des choses. Bien que les répétitions filent à grande vitesse, la production est fière du chemin accompli jusqu’à maintenant. « Ils sont vraiment bons. Je pense que ça va leur faire du bien aussi de travailler sur quelque chose qui les implique un peu plus en tant qu’humain », mentionne Frédérick Gravel.

De son côté, Étienne Lepage se dit choyé de voir des jeunes s’intéresser autant à l’univers théâtral malgré toutes les distractions qui les entourent. « Je trouve ça cool, car on apprécie le fait d’être ensemble dans une salle, chose qui est plutôt rare de nos jours. Contrairement à la télévision, le fait d’aller au théâtre crée un lien de proximité entre nous, car on vit le moment présent », conclut l’auteur.

Les billets sont disponibles au coût de 10 $ ou 5 $ pour les étudiants. Il suffit de réserver en ligne au ecoletheatre. cegepsth.qc.ca/saison.html.

image