21 juillet 2022
Toyota GR86 : un équilibre presque idéal
Par: Marc Bouchard
Photo Toyota Canada

Photo Toyota Canada

Il n’y a pas si longtemps, j’ai fait l’essai de la Subaru BRZ 2022. Il était donc tout à fait normal que je fasse de même avec sa cousine quasi jumelle, la Toyota GR86, un véhicule qui, à l’instar de l’autre, a subi un changement total pour la nouvelle année.

En matière de style, il ne faut pas se leurrer : on n’est pas exactement dans le monde du grand changement. Oui, le véhicule est plus racé et plus raffiné, mais on ne s’éloigne pas à ce point du concept original.

Précisément, cette nouvelle génération de Toyota GR86 remplace l’ancienne GT86, mais elle reste très similaire à sa prédécesseure. Le châssis est pratiquement le même et elle est toujours construite par Subaru, Toyota faisant partie du processus de développement.

Malgré les similitudes avec le châssis de sa prédécesseure, Toyota l’a amélioré. Il a reçu un certain nombre de renforts structurels, tant à l’avant qu’à l’arrière, ce qui a permis d’améliorer une plate-forme à propulsion déjà excellente. La véritable amélioration cependant, c’est sous le capot qu’on la souhaitait.

Les reproches étaient nombreux quant à la faible puissance du moteur. La conduite a toujours été exceptionnellement dynamique, mais le manque de muscle faisait parfois rager ceux qui cherchent quelque chose d’un peu plus enthousiasmant. Il faut le dire, avec un prix d’achat de moins de 50 000 $, la GR86 (et la Subaru BRZ) sont parmi les voitures sportives offrant le meilleur rendement!

Un nouveau moteur

Toyota a encore une fois emprunté un moteur pour une voiture de sport. Cette fois, il s’agit d’un quatre cylindres boxer atmosphérique de 2,4 litres fabriqué par Subaru, développant 228 chevaux et un couple de 184 livres-pied. Il est similaire au quatre cylindres boxer de 2,0 litres de l’ancien modèle, qui développait 200 chevaux, mais Subaru et Toyota ont non seulement augmenté sa cylindrée, mais aussi amélioré son caractère de façon spectaculaire.

Il faut bien avouer qu’on aurait une folle envie que la version turbo, offerte chez Subaru, franchisse le pas jusqu’à la GR86, mais ça ne semble pas être dans les plans. Dommage, car on aurait à ce moment un moteur encore plus dynamique.

Malgré tout, le couple est abondant et facilement accessible et si, comme dans le cas de mon véhicule d’essai, vous avez le bonheur de conduire la version manuelle, vous pourrez allègrement vous amuser à contrôler avec précision les rouages de votre modèle.

Ajoutez à cela des pneus sport de bonne qualité et une propulsion aux suspensions remaniées, et vous aurez vraiment un modèle qui fait un bond en avant en matière de comportement face aux anciennes générations. De surcroît, la GR86 est légère, ce qui permet de savourer encore davantage la précision de la conduite et les enfilades de virage dynamiques.

Tout cela, sans avoir besoin d’exagérer sur la vitesse puisque la voiture transmet toute l’information au conducteur, multipliant les sensations de conduite agréable.

Ergonomie exigeante

Il est vrai que la conduite est dynamique et enthousiaste. Mais comme c’est souvent le cas des voitures sportives, la GR86 n’offre pas un confort sans reproche. L’accès à bord étant assez bas, il faut quelques contorsions pour y prendre place. Et encore plus de contorsions pour en sortir avec une certaine grâce.

Quelqu’un a parlé des places arrière? Comme dans la Subaru, elles sont strictement symboliques. Impossible, et je le sais pour avoir tenté l’expérience, de s’y glisser avec des occupants à l’avant. Les jambes n’entrent pas, la tête est recroquevillée. Bref, installez-y votre sac de voyage et bouclez-y la ceinture, cela vous sera plus utile.

Autre reproche : le manque de rangement. Ne cherchez pas à installer vos lunettes de soleil ou votre téléphone. Ce dernier doit être enfermé dans le compartiment central qui se trouve derrière le coude du conducteur. Pas facile d’y avoir accès pour déposer l’appareil. Pire encore, si vous souhaitez utiliser les fonctionnalités Android Auto ou Apple Car Play, vous devrez utiliser un fil, ce qui complique l’existence.

Mais avouons-le, ce sont de biens petits soucis pour un véhicule autrement agréable à conduire. Quelqu’un m’a dit un jour qu’on ne jugeait pas un cheval à sa capacité à grimper un arbre. Non, la Toyota GR86 ne fait pas tout bien et a quelques défauts. Mais pour la mission qu’on lui a confiée, celle de se faire conduire par des enthousiastes, elle a certainement tout ce qu’il faut.

image