17 mars 2022
Collaboration entre Expression et la Médiathèque
Un avant-goût du pôle culturel
Par: Maxime Prévost Durand
Une sélection de livres en lien avec l’exposition de Stanley Février, présentée à Expression, est proposée dans les bibliothèques de la Médiathèque maskoutaine. Photo gracieuseté

Une sélection de livres en lien avec l’exposition de Stanley Février, présentée à Expression, est proposée dans les bibliothèques de la Médiathèque maskoutaine. Photo gracieuseté

La Médiathèque maskoutaine et Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinthe ont décidé de collaborer en marge de l’exposition de l’artiste Stanley Février, offrant un avant-goût des partenariats que l’on souhaite développer dans le cadre du pôle culturel pensé par la Ville de Saint-Hyacinthe.

Les bibliothèques T.-A.-St-Germain et Sainte-Rosalie proposent présentement une sélection de 28 livres en lien avec des thèmes évoqués dans l’exposition Être humain, est-ce un mal(e) absolu? qui est présentée à Expression jusqu’au 24 avril.

Il s’agit de la première collaboration du genre entre les deux organisations qui feront partie du pôle culturel. Une telle collaboration devrait se poursuivre dans le cadre des prochaines expositions qui seront présentées à Expression.

Avec ce partenariat, le but est de faire circuler des idées et de créer un engouement autant pour l’exposition qu’à la bibliothèque, nous explique-t-on du côté d’Expression.

Le sujet de l’exposition de Stanley Février se prêtait particulièrement bien à cette initiative. À travers ses œuvres, il évoque notamment « la souffrance humaine, les injustices sociales, la critique institutionnelle, les enjeux identitaires et les liens qui nous unissent en tant que collectivité », décrit Expression.

La Médiathèque maskoutaine sera la première à faire son arrivée dans le pôle culturel, à l’angle de la rue Girouard Ouest et de l’avenue Bourdages Nord, avec la réalisation de la nouvelle bibliothèque pour remplacer la bibliothèque T.-A.-St-Germain. Dans les prochaines années, Expression sera intégré à ce quadrilatère sous la forme d’un Musée d’art et de société à l’intérieur de l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe doit aussi en faire partie du côté du monastère des Adoratrices du Précieux-Sang.

En parallèle, une Table de concertation du pôle culturel maskoutain a été mise sur pied. François Ariel, qui en assure présentement la présidence en plus d’être le président du Centre d’histoire, évoque d’ailleurs la volonté de cette Table à « réaliser des projets structurants [entre les organismes qui en font partie] pour faire vivre la culture » à Saint-Hyacinthe.

« Le pôle culturel, ce n’est pas que des infrastructures. Il faut que ce soit plus que ça », souligne-t-il.

Même s’il faudra encore plusieurs années avant que tous les organismes aient intégré les infrastructures du pôle culturel, on voulait déjà en faire rejaillir l’esprit.

image