23 décembre 2021
COVID-19
Un dépistage ardu en pleine explosion des cas
Par: Maxime Prévost Durand
Face à une demande qui ne cesse d’augmenter avec la montée des cas de COVID-19, le centre de dépistage de Saint-Hyacinthe affiche des délais qui peuvent atteindre jusqu’à une semaine d’attente, à moins d’être chanceux et d’attraper les rares nouvelles plages horaires qui s’ajoutent de façon spontanée. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Face à une demande qui ne cesse d’augmenter avec la montée des cas de COVID-19, le centre de dépistage de Saint-Hyacinthe affiche des délais qui peuvent atteindre jusqu’à une semaine d’attente, à moins d’être chanceux et d’attraper les rares nouvelles plages horaires qui s’ajoutent de façon spontanée. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Pendant que l’augmentation des cas de COVID-19 se poursuit de façon fulgurante, les centres de dépistage ne répondent tout simplement plus à la demande. À l’unique centre de dépistage de Saint-Hyacinthe, situé au centre-ville, sur la rue des Cascades, les plages horaires se faisaient rares.

Au moment de mettre sous presse, aucune plage horaire n’était disponible avant le 31 décembre, si bien que le délai d’attente pour obtenir un rendez-vous pouvait atteindre plus d’une semaine. Toutefois, il n’est pas écarté que de nouveaux rendez-vous s’ajoutent de façon spontanée.

« Nous ajoutons quotidiennement plusieurs plages horaires selon les demandes, les délais et la disponibilité de notre personnel », a fait savoir la conseillère aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Marianne Paquette.

En moyenne, ce sont quelque 400 tests de dépistages qui sont réalisés chaque jour au site de Saint-Hyacinthe.

Des enjeux de personnel limitent toutefois le CISSS de la Montérégie-Est dans le nombre de rendez-vous qu’il peut offrir, bien que « l’objectif est de maintenir des délais de 24 heures pour la prise de rendez-vous », a-t-elle indiqué.

« Il nous est difficile en ce moment d’augmenter notre capacité à prendre des rendez-vous sur nos trois sites de dépistage [incluant celui de Saint-Hyacinthe], car nous manquons de ressources, a reconnu Mme Paquette. Nous devons nous ajuster aux disponibilités des préleveurs et pour diverses raisons, comme la fatigue ou le retour de différents titres d’emploi dans leurs secteurs respectifs de travail, nous notons également une diminution du nombre de dépisteurs ces derniers temps sur le terrain. Il faut préciser que notre bassin de dépisteurs était davantage des retraités afin de laisser les infirmières disponibles aux soins directs à la clientèle. »

L’enjeu de dépistage touche l’ensemble du Québec, si bien que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a rappelé en début de semaine que seules les personnes ayant développé des symptômes devaient aller se faire tester dans ces centres. Il a également été annoncé que les résultats des tests de dépistage positifs sont dorénavant envoyés par courriel aux personnes qui y auront consenti afin de permettre aux personnes infectées d’informer plus rapidement leurs contacts.

Depuis lundi, des tests de dépistage rapides sont aussi distribués dans les pharmacies (voir autre texte), mais ceux-ci partent aussi rapidement qu’ils arrivent. Une personne qui obtient un résultat positif avec ces tests rapides doit ensuite se rendre dans un centre de dépistage pour confirmer son résultat.

Selon l’Institut national de santé publique du Québec, le variant Omicron représente maintenant plus de 80 % des cas détectés dans la province, une donnée qui s’élevait seulement à 28 % il y a un peu plus d’une semaine.

Près de 300 cas actifs dans la MRC

Comme partout au Québec, l’augmentation des cas de COVID-19 se poursuit de façon fulgurante à Saint-Hyacinthe et dans les environs. Pas moins de 299 cas actifs étaient rapportés mardi à travers les municipalités de la MRC des Maskoutains, dont 183 cas dans la ville-centre seulement.

C’est donc dire que le nombre de personnes infectées à la COVID-19 a pratiquement doublé en une semaine dans la région puisque 160 cas étaient comptabilisés dans la MRC par la Direction de santé publique de la Montérégie en date du 14 décembre.

Malgré ces chiffres inédits pour la région, les données colligées dans la colonne des hospitalisations n’avaient pas vraiment bougé du côté de l’Hôpital Honoré-Mercier, du moins, pour le moment. En date de mercredi, huit personnes infectées à la COVID-19 étaient hospitalisées à Saint-Hyacinthe, un nombre identique à la semaine précédente. Parmi celles-ci, une se trouvait aux soins intensifs. Aucun nouveau décès n’avait été déploré dans la région.

D’importantes éclosions en milieu scolaire avaient fait grimper le nombre de cas de COVID-19 dans les deux dernières semaines et avaient même mené à la fermeture préventive du Collège Saint- Maurice et de l’École secondaire Saint-Joseph. La situation globale à travers le Québec a amené le gouvernement à fermer tous les établissements scolaires, autant de niveau primaire que secondaire, dès mardi. Le retour en classe après la période des fêtes a quant à lui été repoussé au 10 janvier.

image