10 novembre 2022
Mise à l’arrêt de la station de pompage Pratte
Un déversement de moins grande envergure que prévu
Par: Sarah-Eve Charland
Un rideau de turbidité a été installé près de l’avenue Pratte. Il pouvait toutefois être déplacé par les vents par moments. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un rideau de turbidité a été installé près de l’avenue Pratte. Il pouvait toutefois être déplacé par les vents par moments. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le grand déversement à Saint-Hyacinthe aura duré 16 heures au lieu des 48 heures anticipées pour les travaux à la station de pompage Pratte. Selon une estimation pessimiste, quelque 23 millions de litres d’eaux usées se seraient tout de même écoulés dans la rivière Yamaska.

Le conseiller technique aux infrastructures de la Ville de Saint-Hyacinthe, Jocelyn Bazinet, dresse un bilan positif de l’opération qui s’est tenue cette fin de semaine.

« On avait prévu deux journées complètes pour les travaux requis, mais on s’en est finalement tiré avec un peu moins d’une journée. Les entrepreneurs ont mis les bouchées doubles. Ils ont mis plusieurs équipes sur les travaux. Dans ce genre de travaux là, il y a toujours des impondérables. Quand on a procédé, une vanne a brisé. Ça aurait pu compromettre nos travaux, mais on a pu rétablir le tout et poursuivre le travail. Autant l’entrepreneur que son sous-traitant étaient très bien préparés », raconte M. Bazinet.

Le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard, assure que la population a participé à l’effort collectif visant à réduire la consommation d’eau durant la fin de semaine. « La collaboration de tous a permis de contrôler plus efficacement les retombées des interventions majeures réalisées à la station Pratte. J’invite par ailleurs toute la population à conserver ces bonnes habitudes d’économie d’eau en tout temps et à porter une attention particulière à ce qui est jeté dans les toilettes. De simples gestes quotidiens peuvent faire une grande différence », ajoute M. Beauregard.

Dans la planification des travaux, la Ville estimait que le volume d’eaux usées rejetées pouvait varier entre 40 et 70 millions de litres. C’est finalement un scénario beaucoup plus positif qui s’est produit. M. Bazinet estime qu’entre 20 et 23 millions d’eaux usées auraient été rejetés dans la rivière.

« On ne pense pas qu’il y a eu l’anoxie anticipée étant donné la plus courte durée des travaux. Il y a aussi eu une bonne pluie dimanche qui a amené un débit régénérateur pour le cours d’eau », poursuit le conseiller technique aux infrastructures.

L’OBV Yamaska a le mandat d’évaluer les impacts du déversement sur le milieu aquatique. L’organisme a procédé à plusieurs prises d’échantillons d’eau sur les recommandations du ministère de l’Environnement et du ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs. Ces échantillons seront analysés par un laboratoire agréé indépendant. Les résultats devraient être déposés à la Ville au cours de la semaine prochaine.

Des rideaux efficaces?

Parmi les mesures de mitigation, la Ville avait installé deux rideaux de turbidité, soit un en travers de la rivière dans le prolongement de l’avenue Pratte et un autre à l’exutoire du poste de pompage Bibeau, dans le prolongement de l’avenue Vaudreuil. Bien que M. Bazinet soit satisfait de l’usage des rideaux de turbidité, il reconnaît que les rideaux n’étaient pas à toute épreuve. À plusieurs reprises, les rideaux ont été déplacés par le vent.

« [Le rideau de turbidité] a toujours fait ce qu’il avait à faire. À un moment donné, on pouvait voir une couleur noire d’un côté du rideau de turbidité et, de l’autre côté, la couleur normale de la rivière. Ça faisait en sorte qu’une partie des flottants se dirigeait dans le fond pour se mélanger à la boue. Ça n’a pas créé l’anoxie des poissons. […] Mais ça reste un rideau de turbidité. Ce n’est pas une solution miracle. »

Rappelons que d’importants travaux de mise à niveau sont effectués à la station de pompage Pratte dans le cadre du Plan de gestion des débordements. Les travaux représentent un investissement de 7,6 M$. L’installation des pompes et des vannes se poursuit au cours des prochaines semaines. La Ville espère procéder aux travaux électriques et d’instrumentation de contrôle après le temps des fêtes. Le chantier devrait se terminer en février 2023.

image