12 mai 2016
Capitaine America – La guerre civile
Un melting-pot de superhéros
Par: Sarah Daoust Braun

Walt Disney Pictures

Walt Disney Pictures

Discordes et batailles rythment ce nouvel opus tant attendu de la série Avengers. Quand ce ne sont pas un, ni deux, mais bien douze superhéros qui s’affrontent, on a droit, comme diraient certains, à des scènes plutôt épiques.

Publicité
Activer le son

Capitaine America – La guerre civile débute alors qu’une énième escarmouche, cette fois au Nigeria, fait encore une fois de nombreuses victimes innocentes. À la suite de cet incident, l’ONU décide d’adopter les Accords de Sokovie pour mettre en tutelle les Avengers un peu trop agités et ainsi contrôler leurs différentes missions.

Alors que l’entente est approuvée par Tony Stark (alias Iron Man), celle-ci est rejetée par Steve Rogers (Capitaine America). Se forment alors deux clans ­parmi les superhéros. Iron Man (Robert Downey Jr.), assisté de Black Widow (Scarlett Johansson), Spider-Man (Tom Holland) et autres, décide de se ­mesurer à Capitaine America (Chris Evans) à qui se rallient entre autres Ant-Man (Paul Rudd), Le Faucon (Anthony Mackie) et Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen). Entre temps, un ennemi du passé resurgit et pourrait bien brouiller les cartes.

Le long-métrage d’Anthony et de Joe Russo, qui ont déjà réalisé Capitaine America – Le Soldat de l’hiver et prochainement Avengers : Infinity War – partie 1, tire sa force de ses scènes d’action impressionnantes qui réunissent une pléiade de superhéros de l’univers Marvel, particulièrement en deuxième partie. Même si la mise en scène demeure conventionnelle, le spectaculaire réussit à ne pas l’emporter sur le fond. De nombreux moments plus calmes et posés permettent de mieux cerner la psychologie des personnages, particulièrement celles de Capitaine America et d’Iron Man. Leurs motivations et décisions sont ainsi mieux comprises.

Les fans de ces hommes et femmes aux pouvoirs surhumains, issus de la bande dessinée, seront bien entendu comblés par cette suite dont la fin demeure ouverte, préparant le terrain pour les prochains épisodes de cet univers cinématographique très lucratif.

Ici, tout le gratin hollywoodien réuni, qui fait place à plusieurs nouveaux visages superhéroïques, incarne relativement bien son rôle. Particulièrement, Robert Downey Jr, dans la peau du protagoniste le plus réjouissant, plonge en profondeur dans son personnage.

Essuyant parfois quelques longueurs, Capitaine America – La guerre civile demeure tout de même une oeuvre de divertissement – il faut bien le dire – de qualité.

image