16 mars 2023
Accusé d’attouchements sur une adolescente
Un moniteur de sauvetage maskoutain plonge de haut
Par: Adaée Beaulieu
Yanick Graveline est accusé d’attouchements sur une adolescente. Photothèque | Le Courrier ©

Yanick Graveline est accusé d’attouchements sur une adolescente. Photothèque | Le Courrier ©

Yanick Graveline, un moniteur de sauvetage maskoutain de 49 ans et qui a travaillé à temps partiel pour la Corporation aquatique maskoutaine jusqu’en 2021, a subi, le 8 mars, son procès pour attouchements sur une adolescente de 13 ans. Les gestes auraient été commis alors qu’il formait de futurs sauveteurs au Cégep de Saint-Hyacinthe en 1996, des allégations qu’il nie en bloc.

Selon les faits allégués, le moniteur qui avait alors 22 ans aurait commis des attouchements sur la jeune adolescente de 13 ans en mettant notamment sa main sous son maillot de bain pour toucher ses parties génitales.

Selon le Journal de Québec, Graveline aurait été remercié de la Corporation aquatique maskoutaine la même année que son arrestation, soit en 2021, après que son employeur eut reçu une lettre qui n’a pas été présentée en preuve. La directrice des communications de la Ville de Saint-Hyacinthe, Brigitte Massé, a confirmé au COURRIER que la Corporation aquatique maskoutaine a mis fin à l’emploi de l’accusé, mais pour des motifs qui ne sont pas liés aux accusations. Elle a ajouté que ceux-ci sont confidentiels.

M. Graveline était une figure bien en vue dans son domaine jusqu’à sa mise en accusation. En 2013, LE COURRIER lui avait consacré un article, car il allait devenir le premier président québécois de la Société royale de sauvetage du Canada en 2014. Cet article rapportait d’ailleurs que Yanick Graveline était sauveteur depuis l’âge de 16 ans et formateur depuis ses 18 ans.

« Au cours des 23 dernières années, il a toujours été actif à la Corporation aquatique maskoutaine, formant la majorité des sauveteurs présents sur le territoire », pouvait-on y lire. L’article faisait aussi mention qu’il avait assuré la présidence de la Société de sauvetage du Québec de 2006 à 2009.

Le récent article du Journal de Québec précise qu’il a siégé au conseil d’administration de la Fédération internationale de sauvetage aquatique, section Amérique et qu’il a même reçu un certificat pour son implication bénévole des mains de l’Altesse Royale le prince Michael de Kent, à l’occasion du 125e anniversaire de la Société royale de sauvetage du Commonwealth, en 2016, à Londres.

Le juge Sacha Blais rendra son verdict en mai.

image