24 Décembre 2015
Kia Cadenza 2016
Un peu de déception
Par: Marc Bouchard

Photo Kia Canada

Photo Kia Canada

Comme la plupart des gens que j’ai ­croisés au cours de ma semaine d’essai, en voyant le sujet de ma chronique cette semaine, vous vous grattez la tête en vous demandant ce qu’est ce modèle. Il faut dire que la Cadenza n’est pas ­exactement la reine du bal, et que si vous en voyez une sur la route, courez vous acheter un billet de loterie, c’est votre jour de chance.

Publicité
Activer le son

Car croyez-le ou non, il se vend au Canada chaque année un peu moins de 170 Kia Cadenza. Pas par mois, durant toute ­l’année… Si ce chiffre vous semble élevé, sachez que la Honda Civic, la voiture la plus vendue, s’écoule à plus de 60 000 exemplaires au cours de la même période. Vous me direz que ce n’est ni le même prix ni la même catégorie, mais cela démontre bien l’écart.

Bref, la Kia Cadenza est la méconnue et la mal-aimée des berlines de grand format plutôt abordables. La compagnie soeur Hyundai a choisi, pour sa part, de ne pas investir d’efforts au Canada dans ce ­créneau, et réserve plutôt l’Azera au ­marché américain. Une décision que Kia devrait peut-être songer à prendre, du moins en se basant sur l’actuelle génération de la Cadenza.

Ce n’est pas que la voiture soit laide, bien au contraire. Sa silhouette générale est plutôt charmante, et on y sent bien ­l’héritage des nouvelles Kia, incluant leur calandre distinctive et leurs blocs optiques à la personnalité si affirmée.

Même le cockpit est plutôt agréable, ­affichant un niveau de finition sans ­véritables reproches et un ensemble de caractéristiques plutôt agréable. En fait, c’est que malgré tous ces efforts, la Cadenza demeure sans âme et sans ­personnalité propre.

On ne sait trop quand on la voit si elle est récente ou plus vieille, si elle est une ­Optima ou un autre véhicule, bref, on cherche constamment sa vraie nature. Ce qui peut ne pas être négatif si on cherche à passer totalement inaperçu, mais ce n’est généralement pas l’apanage des modèles Kia.

Il me faut aussi admettre que même la conduite n’est pas trop inspirante. Ce n’est pas que la voiture manque de ­puissance, bien au contraire. Sous le capot se cache un moteur V6 3,3 litres offrant quelque 293 chevaux de puissance, ce qui est largement suffisant. Jumelé à une boîte de vitesse automatique 6 rapports, il propulse la grosse traction avec enthousiasme.

En fait, un peu trop d’enthousiasme et c’est là que le bât blesse. Au moment ­d’accélérations vives, les 255 livres-pied de couples sont transférés avec force aux roues avant, donnant ainsi un solide effet de couple dans le volant.

Concrètement, si vous n’êtes pas ­familier avec le terme, il s’agit de ressentir dans la direction un mouvement latéral provoqué par une arrivée mal contrôlée de la puissance. Comme si la voiture voulait bondir de gauche à droite par elle-même, ce qui force le conducteur à tenir le volant avec force.

Une sensation de manque de contrôle en résulte, ce qui rend les dépassements ­inconfortables sur autoroute par exemple. Le même bémol s’applique au freinage, alors qu’on a la sensation de devoir ­appuyer avec force sur la pédale pour ­ressentir le moindre ralentissement. Peu progressif, le freinage donne la sensation de nous laisser glisser un peu trop longtemps, ce qui nous rapproche un peu trop (surtout au début) de la voiture qui nous précède.

Cette conduite devrait cependant être modifiée dans la prochaine génération qui fera son apparition au cours de la prochaine année. En attendant, la Cadenza n’est pas la plus agréable en conduite.

Dommage, parce qu’autrement, la Kia ­Cadenza offre tout ce qu’une berline du genre a à offrir : un affichage central ­complet, relativement facile d’usage malgré quelques lenteurs; des sièges confortables et ajustables aisément; de l’espace abondant tant pour les passagers que pour les bagages dans un coffre aisément accessible, et une consommation d’essence ­raisonnable à 9 litres aux 100 kilomètres de moyenne. ­Raisonnable, faut-il le dire, pour la catégorie puisque dans les faits, on ­espère vivement que les prochaines versions seront pas mal moins gourmandes.

Avec un prix de base de 37 995 $, la Kia Cadenza est une voiture agréable, ­spacieuse et luxueuse, dont le confort est notable sur route. Ses défauts mécaniques n’en font peut-être pas une première de classe, mais elle n’enregistre pas vraiment d’échec non plus.

Fiche techniqueForces :– Espace intérieur– Moteur puissant– Finition de qualitéFaiblesses :– Effet de couple dans le volant– Freinage peu progressif– Manque de personnalitéFiche technique :Puissance : 293 ch @ 6 400 tr/min (218 kW)Couple : 255 lb·pi @ 5 200 tr/min (346 N·m)Transmission : Automatique, 6 rapportsRouage : TractionConsommation ville : 11,2 l/100kmConsommation autoroute : 7,4 l/100kmPrix : à partir de 37 995 $

image