23 juin 2022
Un projet de cinéma de répertoire en préparation
Par: Maxime Prévost Durand
Le cinéma pourrait renaître à l’intérieur de cet édifice du centre-ville où des films ont jadis été projetés alors que le Théâtre Maska s’y trouvait. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le cinéma pourrait renaître à l’intérieur de cet édifice du centre-ville où des films ont jadis été projetés alors que le Théâtre Maska s’y trouvait. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une salle dédiée au cinéma de répertoire pourrait voir le jour prochainement à Saint-Hyacinthe. Le cinéaste maskoutain Claude Gagnon, connu surtout pour son film <i>Kenny</i> et plus récemment pour son long-métrage <i>Les vieux chums</i>, travaille présentement à développer ce projet, a appris LE COURRIER.

Selon nos informations, M. Gagnon souhaite faire revivre le cinéma là où le Théâtre Maska s’est trouvé pendant près de cinq décennies, du milieu des années 30 au milieu des années 80, au centre-ville de Saint-Hyacinthe. L’édifice de l’avenue Hôtel-Dieu, qui avait ensuite été transformé en club, est vacant et en vente depuis plusieurs années.

Rien n’a encore été dévoilé officiellement, mais le cinéaste a mis la table à une éventuelle annonce avec une publication sur les réseaux sociaux la semaine dernière. Il a d’ailleurs confirmé qu’un organisme à but non lucratif, dont le nom n’a pas été divulgué, a été formé en janvier.

« Nous officialiserons publiquement ce projet dans les semaines qui viennent », a-t-il écrit avant de titiller ses abonnés avec trois indices.

« Indice #1 : il ne s’agit pas d’un nouveau long-métrage. Indice #2 : ça concerne tout de même le cinéma. Indice #3 : ça se déploiera au centre-ville de Saint-Hyacinthe », a-t-il souligné.

À travers cette publication, il a également été possible d’apprendre que quelques personnalités connues dans la communauté maskoutaine sont impliquées dans le projet. Parmi celles-ci, on trouve notamment la cheffe du parti politique municipal Saint-Hyacinthe unie, Marijo Demers, le président-directeur général de l’entreprise d’événementiel Umanize, Christopher Leduc, et l’ex- président du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, André A. Bourgeois.

Joint par LE COURRIER, Claude Gagnon n’a pas voulu en dire davantage sur ce projet, préférant attendre que certains détails toujours en suspens soient ficelés avant d’élaborer sur le sujet. Des rencontres et des négociations avec différents organismes gouvernementaux et municipaux, qui semblent cruciales dans l’évolution du projet, doivent avoir lieu dans les prochains jours.

« C’est un projet sur lequel je travaille activement, a tout de même soutenu M. Gagnon au bout du fil. Je suis là-dessus depuis novembre 2020. »

Cumulant près de 45 ans de métier, Claude Gagnon compte une dizaine de longs-métrages à son actif. Son plus récent, Les vieux chums, avait été dévoilé l’an dernier. Ce film mettait en vedette les comédiens Patrick Labbé et Paul Doucet et avait été tourné presque entièrement à Saint-Hyacinthe. Son œuvre la plus connue demeure toutefois Kenny, un film sorti en 1987 retraçant l’histoire du mythique homme-tronc. Le cinéaste maskoutain, qui s’est aussi beaucoup intéressé au Japon dans ses projets, avait eu droit à une rétrospective de sa carrière en 2021 par La Cinémathèque québécoise. Tous ses longs-métrages avaient été présentés pour l’occasion.

image