10 février 2022
Annonce du retour des matchs le 14 février
Un regain de motivation instantané chez les Gaulois
Par: Maxime Prévost Durand
« On voit déjà un gros gain de motivation, l’énergie a quadrulé », a souligné l’entraîneur-chef des Gaulois de Saint-Hyacinthe, Marc-André Ronda, en parlant de l’effet qu’a eu l’annonce de la reprise des matchs sur ses joueurs. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

« On voit déjà un gros gain de motivation, l’énergie a quadrulé », a souligné l’entraîneur-chef des Gaulois de Saint-Hyacinthe, Marc-André Ronda, en parlant de l’effet qu’a eu l’annonce de la reprise des matchs sur ses joueurs. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La nouvelle tant attendue sur la scène sportive est tombée : les matchs pourront reprendre à compter du 14 février. Il n’en fallait pas plus pour redonner des ailes aux joueurs des Gaulois de Saint-Hyacinthe.

« Les gars sont en entraînement hors glace en ce moment et on voit déjà un gros gain de motivation [depuis l’annonce du gouvernement], l’énergie a quadruplé », s’est exclamé au bout du fil l’entraîneur-chef de l’équipe de hockey M18 AAA, Marc-André Ronda, lorsque joint par LE COURRIER, mardi, peu de temps après le point de presse de François Legault.

Le retour au jeu des Gaulois se fera le 16 février au Stade L.-P.-Gaucher face aux Cantonniers de Magog. Un calendrier condensé suivra, comprenant notamment une séquence de sept matchs en 12 jours durant la période de la semaine de relâche scolaire, mais les Gaulois pourront disputer l’ensemble de leurs 13 parties restantes. La date du 20 mars marquera la fin de la saison par la ligue de hockey M18 AAA du Québec, puis les séries s’enchaîneront deux jours plus tard pour se terminer vers le 27 avril.

« Ça va être intense pour les joueurs et les entraîneurs, mais il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas prêts », a assuré Marc-André Ronda.

Les joueurs de son équipe, comme tous les autres athlètes en sport-études, avaient pu reprendre l’entraînement dès la réouverture des écoles à la mi-janvier. Le masque était toutefois obligatoire en tout temps, même sur la patinoire. Ce n’est que depuis le début de la semaine que le masque peut être retiré sur la glace, contrairement aux équipes civiles qui pouvaient déjà patiner sans couvre-visage depuis la semaine dernière.

« On avait ajusté le niveau d’intensité, le nombre de répétitions et on avait coupé certaines choses [en raison du port du masque], mais je n’ai pas l’impression qu’on va avoir perdu tant que ça notre game shape. C’est peut-être plus dans l’exécution que ça va paraître, mais ça va revenir vite. »

L’objectif principal pour la fin de cette saison sera de savourer chaque instant, a souligné l’entraîneur. « Assurons-nous que les souvenirs que ces jeunes vont garder de cette saison ne soient pas les six dernières semaines, mais plutôt celles à venir et ce qu’on a vécu cet automne. »

Avant la pause forcée, les Gaulois pointaient au 9e rang du classement parmi les 15 équipes du circuit. Ils présentaient une fiche de neuf victoires, quatre victoires en prolongation, treize défaites et une défaite en prolongation.

Enthousiasme chez les Lauréats

L’effervescence se fait également sentir dans le vestiaire des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe. Déjà excités d’avoir enfin pu renouer avec la patinoire la semaine dernière, les joueurs étaient d’autant plus heureux d’apprendre qu’ils pourront poursuivre leur saison.

« Ça jouait partout ailleurs au Canada, alors on est contents que ce soit notre tour au Québec », a soutenu l’entraîneur-chef Martin Russell.

Les Lauréats salueront leur retour au jeu le 19 février en rendant visite aux Griffons du Cégep de l’Outaouais, à Gatineau. Ils affronteront le lendemain les Gaillards du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda. Ces matchs étaient déjà prévus au calendrier.

« Est-ce qu’on pourra jouer les 13 matchs qu’il nous restait? On ne le sait pas encore », a indiqué M. Russell, confirmant que le RSEQ travaille présentement à revoir les calendriers de la ligue collégiale de hockey masculin.

Une si longue pause – elle aura duré plus d’un mois et demi – en plein milieu de la saison laissera assurément des traces, surtout au niveau de la condition physique des joueurs, a convenu l’entraîneur-chef. « Mais il faut voir le positif, a-t-il nuancé. Il faut ne pas penser aux matchs perdus, mais plutôt se dire qu’on va être capables de finir la saison. »

Présentement au 11e rang de la ligue collégiale, les Lauréats seront au cœur d’une lutte pour les dernières places permettant d’accéder aux séries éliminatoires. En 23 parties, ils ont signé neuf victoires et encaissé quatorze revers, dont un en tirs de barrage.

image