8 février 2024 - 03:00
Syndicat de l’enseignement Val-Maska
Un vote divisé
Par: Le Courrier
Les manifestations du Front commun s’étaient multipliées cet automne à Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les manifestations du Front commun s’étaient multipliées cet automne à Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

« C’est un message clair que les membres du Syndicat de l’enseignement Val-Maska (SEVM) envoient au gouvernement », a déclaré son président, Patrick Théroux, après l’assemblée générale du 1er février visant à voter sur les propositions intersectorielle du Front commun et sectorielle de la FSE-CSQ. Près de 50 % des membres étaient présents et ont voté pour la proposition intersectorielle à 55 % et contre la proposition sectorielle à 87 %.

« La composition de la classe était au cœur de la négociation et le gouvernement n’avait pas suffisamment d’ouverture à trouver des solutions à long terme, malgré un plan de déploiement proposé par le FSE-CSQ qui tenait justement compte de la pénurie. Les investissements en éducation dans cette proposition de règlement sont importants, mais l’absence de volonté politique du gouvernement à améliorer significativement la composition de la classe laisse un goût très amer chez les enseignants », a déclaré M. Théroux concernant le vote contre la proposition sectorielle.

En ce qui concerne la négociation intersectorielle, il attribue le résultat à la mobilisation des membres du Front commun. « Nos membres ont été mobilisés comme nous l’avons rarement vu ici au SEVM. Si le gouvernement a doublé son offre salariale initiale, c’est parce que les membres ont été solidaires tout au long de la négociation », a-t-il soutenu.

Notons que l’offre initiale du gouvernement était de 9 % sur cinq ans avant d’être bonifiée à 17,4 % pour la même période.

image