4 novembre 2021
Élections municipales 2021
Une campagne d’une tout autre envergure pour André Beauregard
Par: Sarah-Eve Charland

Le candidat à la mairie de Saint-Hyacinthe André Beauregard. Photothèque | Le Courrier ©

De toutes ses campagnes électorales, celle-là est la plus prenante, mais d’autant plus gratifiante, reconnaît le candidat à la mairie de Saint-Hyacinthe André Beauregard. À quelques jours du scrutin, le conseiller sortant est fier de sa campagne électorale.
Publicité
Activer le son

Sa campagne s’est basée essentiellement sur des rencontres citoyennes ou avec des acteurs régionaux, ainsi que par une présence médiatique. Il a délaissé le porte-à-porte misant sur son expérience.

« En 36 ans d’implication dans la Ville, j’ai rencontré beaucoup de monde. Pour moi, c’est un avantage d’être connu. Je suis très content de ma campagne. J’ai rencontré énormément de gens. Tous ceux qui ont demandé à me rencontrer, je l’ai fait. J’ai eu un bel accueil des gens de Saint-Hyacinthe. À ma dernière élection, l’enjeu était moins grand. L’autre d’avant, j’avais été élu sans opposition. On n’avait pas besoin de travailler pour faire sortir le vote. Une campagne de conseiller versus une campagne de maire, c’est bien différent », affirme M. Beauregard.

Au cours des dernières semaines, il dit avoir dû défendre plusieurs décisions prises par la Ville de Saint-Hyacinthe durant le dernier mandat. Malgré tout, il ajoute que plusieurs éléments se recoupent entre sa plateforme électorale et celle de Saint-Hyacinthe unie.

« J’ai été attaqué par mes adversaires. À les entendre, la Ville n’a rien fait de bon. Je me présente au poste de maire parce que je suis fier de ma Ville et de ce qu’on a réalisé. Je veux qu’on en fasse encore plus pour améliorer la Ville et la faire avancer. J’ai l’impression que les trois quarts des enjeux de Saint-Hyacinthe unie sont déjà traités par la Ville », dit-il.

Advenant son élection, mais celle de plusieurs conseillers sous les couleurs de Saint-Hyacinthe unie, André Beauregard s’engage à collaborer avec le parti politique.

« Je veux être le leader du conseil, mais je veux aussi être rassembleur. Je devrai trouver mon rôle dans le groupe. Leur rôle sera aussi de s’intégrer dans tout ce qu’on fait. S’ils se mettent à l’écart, ce sera difficile pour eux de faire avancer leurs dossiers. Je crois qu’ils sont là tout comme moi pour faire avancer la Ville. On devra s’entendre ensemble pour faire avancer nos dossiers. Peu importe le nombre de candidats élus du parti, j’aurai la même approche. Il faut travailler ensemble. »

Environnement au cœur des discussions

La campagne a été marquée par l’environnement, observe-t-il. La population maskoutaine s’intéresse à la canopée de la ville, à l’utilisation de pesticides en milieu urbain, aux pistes cyclables et au projet de parc de la Métairie, poursuit l’aspirant maire.

« Il y a tellement de projets en cours qu’il faudra faire des choix de façon à garder notre dette à ce niveau. Avec le conseil actuel, on a établi un plafond de 80 M$. Il faudra prioriser les projets en cours. C’est sûr et certain qu’on va être vigilants aux opportunités et qu’on va ajuster nos priorités, mais présentement, il y a beaucoup de priorités sur lesquelles on travaille », conclut-il.

image