25 novembre 2021
Acton Vale
Une menace de grève illimitée plane chez Beaulieu Canada
Par: Alain Bérubé

Les employés syndiqués de l’usine de Beaulieu Canada située à Acton Vale ont déclenché deux journées de grève au cours des derniers jours afin de réclamer une convention collective qui répond à leurs attentes. Photo gracieuseté

Le climat de travail à l’usine de Beaulieu Canada située à Acton Vale est de plus en plus tendu alors que les négociations sur le contrat de travail, échu depuis le 13 août, font du surplace, selon le syndicat. « On se dirige vers une grève illimitée », résume le conseiller syndical Alexis Roy.
Publicité
Activer le son

C’est dans une proportion de 71 % que la nouvelle convention collective a été rejetée le 17 août par les employés syndiqués. Par scrutin secret, 83 % de ceux-ci ont voté, le 28 octobre, en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève. Deux journées de piquetage ont d’ailleurs eu lieu les 15 et 19 novembre.

« Dans les enjeux, on retrouve le rattrapage salarial incluant une rétroactivité et l’augmentation de la contribution de l’employeur dans le paiement des primes d’assurance collective. L’employeur nous a proposé une hausse salariale, mais nous demande une trentaine de postes polyvalents, ce qui diminue de beaucoup le temps supplémentaire et prive ainsi plusieurs employés de revenus d’appoint », commente M. Roy, qui œuvre pour l’Union des employés et employées de service (UES) section locale 800 à la FTQ.

Le représentant syndical Yves Trahan a fait valoir que depuis 2005, le salaire horaire moyen a augmenté de seulement 87 cents. « Il y a 16 ans, un employé syndiqué gagnait en moyenne 17,40 $ l’heure. Après la grève de 2008, Beaulieu Canada a décidé de baisser notre salaire. Actuellement, on gagne 18,27 $, mais si on avait eu droit à 2 % d’augmentation par année, ce serait plutôt 23,62 $ l’heure. C’est inacceptable et on va continuer à se battre pour un rattrapage salarial qui a de l’allure! », confie M. Trahan.

Depuis le début des négociations, pas moins de 19 rencontres ont eu lieu.

« Un conciliateur est présent depuis quelques rencontres, mais ça n’avance pas vraiment. Aucune autre réunion n’est prévue, même si nous sommes ouverts à la discussion. Nous avons tenu une ligne de piquetage le 15 novembre, ce qui est pour nous un message clair qu’on en a assez. D’autres journées de grève pourraient avoir lieu prochainement et, si rien ne débloque, nous n’aurons pas le choix d’aller en grève illimitée. On est rendus là », conclut M. Roy.

En tout, Beaulieu Canada compte 187 travailleurs syndiqués. L’entreprise valoise est spécialisée dans la confection de couvre-planchers.

La direction de Beaulieu Canada préfère ne pas commenter les négociations en cours.

image