9 juin 2022
Une première convention collective pour des travailleurs du Groupe Lacasse
Par: Sarah Villemaire
En juin 2021, le syndicat des TUAC section locale 1991-P avait déposé une requête en accréditation auprès du Tribunal administratif du travail pour représenter une trentaine de salariés de la division sièges du Groupe Lacasse. L’accréditation a été obtenue en juillet 2021. Photothèque | Le Courrier ©

En juin 2021, le syndicat des TUAC section locale 1991-P avait déposé une requête en accréditation auprès du Tribunal administratif du travail pour représenter une trentaine de salariés de la division sièges du Groupe Lacasse. L’accréditation a été obtenue en juillet 2021. Photothèque | Le Courrier ©

Un premier contrat de travail a été signé avec une trentaine de salariés de la division sièges du Groupe Lacasse de Saint-Pie. Cette entente intervenue entre le syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) section locale 1991-P et l’employeur aura une durée de trois ans avant d’arriver à échéance en 2025.

Il aura fallu quelques mois après l’accréditation obtenue par le syndicat représentant ces employés pour ratifier l’entente avec la direction au mois de mars. Pour une première convention collective, les deux parties se sont entendues sur plusieurs points entourant l’amélioration des conditions de travail.

Parmi ces points, notons les augmentations salariales minimales en cours de convention de 14,5 %, dont certains postes à 8,5 % la première année totalisant une augmentation de 18 % sur trois ans. De plus, les conditions à l’embauche ont été revues à la hausse pour un salaire d’entrée variant de 18 $ à 22 $, selon la classification. Outre les salaires, les employés auront droit au Régime de soins dentaires des TUAC Québec payé en totalité par l’employeur permettant un remboursement à 80 % des frais. L’amélioration du ratio des vacances a aussi fait partie des négociations.

Mentionnons que les employés concernés par cette nouvelle convention collective occupent des postes de couturiers, de rembourreurs et d’opérateurs polyvalents dédiés à la fabrication de chaises et de mobilier de bureau.

Selon la direction et le syndicat, les négociations se sont déroulées dans un climat harmonieux. Six rencontres ont été nécessaires avant de trouver un terrain d’entente. « Avec un taux d’approbation au-dessus de 80 % de la part des travailleurs, c’est un bon indice démontrant leur satisfaction. Avec la pénurie de main-d’œuvre et l’inflation à la hausse, les employeurs n’ont pas le choix d’être à l’écoute de leurs employés. Pour un premier exercice, le Groupe Lacasse a répondu à l’appel », souligne Roxane Larouche, représentante nationale des TUAC.

De son côté, la direction du Groupe Lacasse se dit satisfaite du déroulement des négociations qui ont mené à cette première convention collective. « Les négociations se sont bien déroulées et les deux parties ont très bien collaboré. Le tout s’est conclu en six rencontres, ce qui est encourageant pour tous », mentionne René Vincelette, vice-président des ressources humaines et du service à la clientèle pour le Groupe Lacasse.

Dans la même veine, M. Vincelette a annoncé le renouvellement de la convention collective concernant quelque 220 travailleurs du Groupe Lacasse représentés par une section locale du syndicat Unifor affilié à la FTQ. Le nouveau contrat de travail d’une durée de trois ans prévoit, entre autres, une augmentation de 3 % rétroactive au mois de mai 2021, suivie d’une augmentation de 4 % en mai, puis de 3,25 % en 2023.

image