16 juin 2022
Tennis en fauteuil roulant
Une première édition chamboulée pour l’Omnium international de Saint-Hyacinthe
Par: Maxime Prévost Durand
En raison de la pluie et de ses répercussions sur l’état des terrains du Complexe de tennis Services financiers Guy Duhaime, l’Omnium international de Saint-Hyacinthe a été obligé de transférer ses activités à l’intérieur pour toute la durée de son tournoi. L’organisation s’est tournée vers le complexe Sani Sport, à Boucherville, pour couronner ses champions. Photo Tennis Canada

En raison de la pluie et de ses répercussions sur l’état des terrains du Complexe de tennis Services financiers Guy Duhaime, l’Omnium international de Saint-Hyacinthe a été obligé de transférer ses activités à l’intérieur pour toute la durée de son tournoi. L’organisation s’est tournée vers le complexe Sani Sport, à Boucherville, pour couronner ses champions. Photo Tennis Canada

Sur la photo, on voit le champion en simple, le Japonais Takashi Sanada, en compagnie du finaliste, le Canadien Thomas Venos. Photo Tennis Canada

Sur la photo, on voit le champion en simple, le Japonais Takashi Sanada, en compagnie du finaliste, le Canadien Thomas Venos. Photo Tennis Canada

L’Omnium international de Saint-Hyacinthe ne l’a pas eu facile pour sa première édition. La pluie a joué les trouble-fêtes dès le premier jour, chamboulant tous les plans de ce nouveau tournoi de tennis en fauteuil roulant organisé du 9 au 12 juin dans le cadre de la série Future de l’ITF.

Le Japonais Takashi Sanada, ancienne 7e raquette mondiale chez les hommes et classé aujourd’hui au 28e rang, a fait honneur à son statut de favori du tournoi en simple en étant sacré champion de cette première édition sans perdre une manche. Ce n’est toutefois pas sur les terrains de terre battue du Complexe de tennis Services financiers Guy Duhaime, à Saint-Hyacinthe, qu’il a réalisé son exploit, mais plutôt à Boucherville, au complexe tennis intérieur Sani Sport, où le tournoi s’est finalement déroulé.

L’organisation de l’Omnium a été contrainte de revoir ses plans à la dernière minute en raison des mauvaises conditions météo qui ont affecté les deux premières journées du tournoi. Les activités ont donc été transférées à l’intérieur, du côté du Sani Sport, en attendant le retour du beau temps. Or, malgré un week-end ensoleillé, l’état des terrains de terre battue à la suite des épisodes de pluie abondante n’a pas permis un retour des activités à Saint-Hyacinthe, si bien que les demi-finales et les finales ont aussi été disputées à Boucherville.

« C’est très malheureux », s’est désolée la directrice de l’Omnium international de Saint-Hyacinthe, Marie Davies, qui travaillait depuis près de quatre ans à mettre en place ce tournoi.

L’organisation a fait tout en son pouvoir pour que des matchs puissent être disputés à Saint-Hyacinthe, a assuré la Maskoutaine en entrevue avec LE COURRIER. Mais les conditions ne le permettaient tout simplement pas.

« On nous a dit au Club de tennis maskoutain que la terre était trop molle et qu’il n’y avait aucune chance qu’on puisse jouer des matchs là », a indiqué Marie Davies.

Des joueurs ont tout de même pratiqué sur les terrains maskoutains samedi matin, mais la terre encore trempée rendait difficile leurs déplacements au point de les faire tomber de leur fauteuil roulant, a-t-elle poursuivi. De plus, les fauteuils roulants auraient pu abîmer la surface vu l’état dans lequel elle se trouvait.

Malgré cet imprévu, les joueurs n’ont pas rechigné. « Ils ont bien compris qu’on ne peut pas contrôler la météo. Ils étaient juste contents de pouvoir jouer », a soutenu la directrice du tournoi, remerciant le Sani Sport de lui avoir ouvert ses portes aussi promptement.

La majorité des retombées financières sont néanmoins restées à Saint-Hyacinthe, a-t-elle précisé. Les joueurs ont été logés comme prévu dans des hôtels maskoutains et la soirée des joueurs s’est tenue dans un restaurant de Saint-Hyacinthe.

Au total, une trentaine de joueurs et de joueuses ont participé à cette première édition de l’Omnium international de Saint-Hyacinthe. La plupart venaient du Québec et du Canada, mais des joueurs des États-Unis, du Mexique, de Puerto Rico et du Japon étaient aussi présents. L’Omnium devait être le premier tournoi en fauteuil roulant à être disputé sur terre battue en Amérique du Nord, mais il s’est finalement tenu sur surface dure.

Sur les terrains, le Japonais Takashi Sanada en a mis plein la vue. En plus d’être impérial en simple, où il n’a perdu que deux jeux en quatre rencontres, il a mis la main sur le titre en double avec son compatriote japonais Satoshi Saida face aux Canadiens Barry Henderson et Robert Shaw. Chez les femmes, la Canadienne Natalia Lanucha a terminé première en simple après le tournoi disputé sous la formule round robin. En double, la Canadienne Candice Combdon et l’Américaine Laura Goodkind ont remporté une finale serrée en deux manches de 7-6 contre Natalia Lanucha et Véronique Tessier. Dans le volet quad, Robert Shaw a été le meilleur avec des victoires à ses trois rencontres.

image