4 août 2022
Vers un développement résidentiel à côté du Cégep de Saint-Hyacinthe
Par: Sarah-Eve Charland
Une nouvelle zone de développement a été créée après l’ouverture de la rue Guy-Daudelin. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Une nouvelle zone de développement a été créée après l’ouverture de la rue Guy-Daudelin. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Maintenant que le deuxième accès vers le Cégep de Saint-Hyacinthe est ouvert à la circulation, plusieurs terrains près de l’intersection du boulevard Casavant Ouest et de l’avenue Castelneau à Saint-Hyacinthe font partie des zones prioritaires de développement. Bien que le projet soit à ses balbutiements, des unités d’habitation pour les étudiants sont dans le viseur du promoteur, le Groupe Robin.

« Les projets en discussion concernent la construction d’unités d’habitation visant, entre autres, la clientèle étudiante compte tenu de la proximité du quartier des études supérieures. Nous n’en sommes qu’au début des échanges avec le promoteur. Les efforts ont porté sur la construction de la nouvelle rue Guy- Daudelin au cours des derniers mois », souligne le porte-parole de la Ville de Saint-Hyacinthe, Philippe Paré-Moreau.

Pour ouvrir le secteur au développement, la Ville a dû permuter 6,03 hectares en zones prioritaires. Cette procédure réglementaire s’inscrit dans le cadre du schéma d’aménagement de la MRC des Maskoutains. Les zones prioritaires consistent à planifier le développement résidentiel de manière à optimiser les infrastructures, les services et les équipements existants, puis à consolider le tissu urbain et les pôles de croissance. Une zone prioritaire d’aménagement correspond à un ou des secteurs en cours de développement ou à court terme.

Parmi les 6,03 hectares touchés par ce changement, 4,63 hectares appartiennent au Groupe Robin. Les autres lots appartiennent à des particuliers et un autre à la Ville de Saint-Hyacinthe. Ils se trouvent entre le deuxième accès vers le collège et l’avenue Carillon. Le secteur est adjacent au Club de golf Saint-Hyacinthe.

Le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, souligne que les priorités de développement ont changé. « On vient d’ouvrir le deuxième accès vers le cégep. Ça ouvre des perspectives de développement. Il faut discuter avec le Groupe Robin. Il est clairement un initiateur là-dedans parce qu’il a une opportunité de mettre en valeur des terrains. Il en a d’autres qu’il pensait développer avant, mais il estime que [ces projets] peuvent être reportés. »

Des arbres et un cours d’eau

Afin d’accepter les projets de développement dans ce secteur, la Ville a établi des critères d’évaluation inscrits dans son règlement sur les plans d’aménagement d’ensemble. La densité de cette zone devra être forte, cite-t-on dans le règlement municipal. Le projet devra favoriser une volumétrie accrue permettant d’atteindre une forte densité tout en s’intégrant aux résidences unifamiliales à proximité.

Le Groupe Robin devra aussi composer avec des éléments naturels importants. Le secteur est en partie boisé et englobe le ruisseau Plein Champ.

Toujours selon le règlement municipal, les projets de développement devront être réalisés en harmonie avec les éléments naturels en place. Entre autres, le promoteur devra limiter les impacts négatifs du développement sur les éléments naturels par une protection efficace du cours d’eau et le maintien de la bande riveraine à son état naturel. Il devra aussi limiter la coupe d’arbres au minimum.

Au moment de mettre sous presse, il n’avait pas été possible d’obtenir les commentaires du Groupe Robin.

image