3 mars 2022
Vers une transformation numérique 4.0 pour Cintech agroalimentaire
Par: Sarah Villemaire
Depuis le début de l’année, Jean Lacroix, président-directeur général de Cintech agroalimentaire, a annoncé deux partenariats, dont celui avec Productique Québec et Zone Agtech. Photothèque | Le Courrier ©

Depuis le début de l’année, Jean Lacroix, président-directeur général de Cintech agroalimentaire, a annoncé deux partenariats, dont celui avec Productique Québec et Zone Agtech. Photothèque | Le Courrier ©

La lancée se poursuit pour Cintech agroalimentaire, qui multiplie ses offensives en matière d’accompagnement technique auprès des entreprises œuvrant dans le domaine. Ce centre collégial de transfert technologique (CCTT) affilié au Cégep de Saint-Hyacinthe s’est récemment allié à des partenaires afin d’accroître le marché qui tend vers la transformation numérique.

Le début de l’année aura été mouvementé pour Cintech agroalimentaire, qui compte à ce jour deux nouveaux partenariats avec des sociétés distinctes. Autre CCTT, Productique Québec s’ajoute à la liste de partenaires de Cintech agroalimentaire dans le but d’offrir une valeur ajoutée aux entreprises du domaine agroalimentaire.

Troix axes stratégiques seront mis de l’avant par les deux centres collégiaux, dont la réalisation de diagnostics numériques, le partage de réseaux locaux et nationaux et la promotion des entreprises et des partenaires.

« Chez Cintech agroalimentaire, notre idée principale est d’essayer de regrouper les forces de chacun pour optimiser l’expertise des entreprises. Comme nous ne sommes pas experts dans la transformation numérique, on s’est tourné vers Productique Québec afin de maximiser la croissance des industries du coin et d’ailleurs. On veut amener l’industrie à la fine pointe de la technologie avec une transformation numérique 4.0 », explique Jean Lacroix, président-directeur général de Cintech agroalimentaire.

De plus, un partenariat d’une durée de deux ans avec Zone Agtech permettra de fournir des conseils techniques en agroalimentaire et des solutions biotechnologiques aux entreprises. Cinq axes prédomineront ce partenariat, dont l’accompagnement des entreprises dans la réalisation de leur projet, la recherche auprès des consommateurs, la promotion et l’animation des entreprises partenaires et l’exploration de projets potentiels avec des clients communs et nouveaux.

À ces axes s’ajoute l’optimisation des installations présentes dans les régions de Lanaudière, des Laurentides et de Laval. Le travail dans ce sens a déjà débuté alors que Cintech agroalimentaire a récemment ouvert son premier bureau satellite à Trois-Rivières. Situé dans le Centre d’affaires Royale, cet espace de travail accueille une cinquantaine de chercheurs et de spécialistes dans le domaine. « Avec son centre de recherche et de développement, la ville de Trois-Rivières est une place de choix pour installer de nouvelles entreprises en transformation d’ici les prochaines années. Notre équipe a été approchée pour offrir son expertise dans le secteur et pour accompagner les entreprises dans leur développement », souligne le président-directeur général de Cintech agroalimentaire.

Arriver à point

Peu avant l’annonce de ces nouveaux gains pour cette organisation, le ministère de l’Économie et de l’Innovation a annoncé un financement de 24,6 M$ dans le cadre de l’Offensive de transformation numérique visant à soutenir huit nouveaux projets. De ce montant, le Conseil de la transformation agroalimentaire du Québec (CTAQ) a reçu un soutien financier de 2,64 M$ pour un projet de 4 M$ afin d’accroître la productivité du secteur de la transformation alimentaire.

Cintech agroalimentaire s’est d’ailleurs vu octroyer une subvention de 640 000 $ par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) dans le cadre de la Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois. Cette subvention permettra d’aider les entreprises agroalimentaires de la province à accroître leur préparation et à favoriser la commercialisation de leurs produits dans le milieu institutionnel.

La table est donc mise pour les entreprises du coin qui souhaiteraient améliorer leurs méthodes de production, selon Jean Lacroix. « Ce sont de grands appuis de la part du gouvernement et il faut saisir la balle au bond. Ce n’est pas un hasard si tout arrive en même temps. Nous encourageons donc les entreprises à venir nous rencontrer afin d’optimiser leur processus de transformation numérique », conclut-il.

image